La Poste  : tractations financières sur les retraites

 |   |  233  mots
La réforme de La Poste entraîne des négociations à plusieurs milliards d'euros entre deux régimes de retraite complémentaire. De fait, la transformation de La Poste en société anonyme au 1er mars va entraîner des changements pour la retraite des postiers. Selon la loi votée mi-janvier ? des députés de l'opposition ont saisi mercredi le Conseil constitutionnel ?, les fonctionnaires de La Poste resteront fonctionnaires, les agents actuels « non titulaires » continueront de relever du régime de l'Ircantec, mais les futurs embauchés cotiseront au régime complémentaire du privé, l'Agirc-Arrco, moins avantageux que l'Ircantec.Des négociations sont en cours entre ces deux régimes pour établir le montant de la soulte que devra payer l'Agirc à l'Ircantec. L'Ircantec estime, en effet, qu'il doit être dédommagé du manque à gagner représenté par ces nouveaux entrants à La Poste qui ne cotiseront pas chez lui. « L'Ircantec en veut beaucoup. Et l'Agirc n'est pas sûr de faire une très bonne affaire. Pas évident qu'en temps de crise et de changement de statut, La Poste embauche beaucoup », indique un bon connaisseur du sujet. Les montants en jeu sont loin d'être négligeables : la fourchette évoquée va de 1,5 à 10 milliards d'euros. « Nous discutons sur des sommes échelonnées jusqu'en 2090 », relativise l'observateur. Les deux organismes ont jusqu'en juin pour se mettre d'accord. Sinon, le gouvernement tranchera. Ingrid Seithume

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :