Londres avance sur l'idée d'une taxation des banques

 |   |  296  mots
La taxation des banques ne fait désormais plus guère de doute en Grande-Bretagne. Depuis plusieurs semaines, déjà, le Premier ministre britannique, Gordon Brown, avait annoncé son soutien de principe à une telle idée. Mercredi, le gouvernement britannique devrait aller un cran plus loin, instaurant le principe d'une telle taxe dans le budget de l'état, selon le « Financial Times » de samedi. Celle-ci s'appliquerait sur la quantité de financement effectuée par les banques sur les marchés financiers. L'argent n'irait pas dans un fonds de secours spécial, mais directement dans les poches du gouvernement. Pour l'instant, le gouvernement a imposé une seule exigence avant que cette taxe ne devienne applicable : obtenir au préalable un accord international. Une condition qui vient d'être levée par les conservateurs. Dans un discours prononcé samedi, leur leader David Cameron, favori des élections qui devraient se dérouler début mai, a promis d'instaurer unilatéralement une taxe s'il était élu. « Ce ne sera pas populaire dans la City, mais je crois que c'est juste et nécessaire », a-t-il affirmé. Une manière pour lui, de s'éloigner de l'image de leader du « parti des riches ».Accord international en vueEn réalité, les divergences entre les deux partis ne sont pas si importantes. Barack Obama a promis une taxe similaire. En Europe, Michel Barnier, commissaire européen au Marché intérieur et aux services, soutient cette idée, comme Dominique Strauss Kahn, directeur du FMI, qui doit remettre un rapport sur le sujet le mois prochain. Un accord international se profile donc. De quoi inquiéter l'Association des banquiers britanniques (BBA), qui affirmait ce week-end que la rapidité de la reprise économique dépendrait de la bonne santé financière des banques. éric Albert, à Londre

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :