Airbus veut freiner la hausse salariale en 2010

 |   |  519  mots
Les négociations salariales qui s'ouvrent début avril chez Airbus s'annoncent délicates et explosives, en pleine période de campagne pour les organisations syndicales qui élisent leurs délégués du personnel et leurs comités d'établissement. Les élections se dérouleront à Nantes en mai, à Saint-Nazaire en juin et à Toulouse en décembre. Mais pas question pour la direction du constructeur de proposer, en 2010, les 3,5 % d'augmentations de salaires accordées en 2009. « Nous ne pouvons pas être au même niveau que l'an dernier », annonce à « La Tribune » le vice-président exécutif en charge des ressources humaines chez Airbus, Thierry Baril. « Toutefois, il n'y aura pas de gel des rémunérations. La hausse sera raisonnée, raisonnable et motivante mais plus modérée que celle de 2009 car le contexte économique est défavorable. » Il ne souhaite pas pour le moment donner le niveau de la hausse salariale avant de rentrer en négociations avec les syndicats. Même si, chez Airbus, une rumeur court selon laquelle la direction ne proposera que 1 %. Thierry Baril dément ce chiffre. « Ce sera plus », précise-t-il sans vouloir en dire davantage.record de livraisonsLes syndicats ont des armes pour revendiquer une belle augmentation en 2010. Ils veulent notamment bénéficier des effets du record de livraisons d'Airbus l'an dernier (498). « Ce record est aussi le nôtre », estime Force ouvrière. Et les salariés ne veulent pas pâtir des déboires de l'A400M, qui ont plombé les comptes 2009 d'Airbus. « Nous avons hérité d'un programme en perte et c'est notre participation et notre intéressement qui va s'envoler », peste-t-on chez FO. La direction veut couper court à toute polémique. « C'est le top management qui subira les conséquences de l'A400M en ayant un impact significatif sur leur bonus au titre de 2009 tandis que celui des cadres dirigeants (450 personnes chez Airbus) sera amputé de moitié environ sur le critère de la profitabilité, explique Thierry Baril. Les autres managers et le reste des salariés ne seront pas touchés. Nous faisons attention à être équitable et à protéger l'avenir ».politique d'embauchesEt l'avenir, c'est, entre autres, l'A350. Près de 3.000 personnes travaillent déjà sur ce programme. à terme, elles seront 10.000. En dépit du plan de restructuration Power 8, Airbus a poursuivi ainsi une politique d'embauches en recrutant 1.700 personnes (700 ingénieurs) en 2009, dont la moitié en France. Ce sera aussi le cas cette année. Airbus table sur l'embauche de 1.500 personnes. Du coup, les effectifs d'Airbus restent stables à 52.000 salariés. Ce qui n'empêche pas les plans d'économies Power 8 et Power 8+ de continuer à délivrer les économies : 2 milliards en 2009, puis un objectif de 2,8 milliards en 2010.Enfin, mardi débute à Toulouse, puis jeudi à Munich, l'opération de remotivation du groupe EADS à la suite des résultats mitigés de l'enquête Gallup « Engagement Survey » (3,2 de moyenne sur une échelle de 5). Près de 500 salariés d'EADS vont échanger sur les meilleures pratiques du groupe. La prochaine enquête, pour mesurer les progrès, se déroulera en octobre. « Airbus vise à se rapprocher de 4 », précise Thierry Baril. n

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :