Vers une loi interdisant totalement le voile intégral

 |   |  275  mots
Le chef de l'État a donc décidé de passer outre les réserves du Conseil d'État. Mercredi, Nicolas Sarkozy a, en effet, tranché en faveur de l'adoption d'une législation interdisant le port du voile intégral dans tout l'espace public. Sollicité pour avis par le gouvernement, le Conseil d'État avait, fin mars, écarté une interdiction « générale et absolue », estimant qu'elle « ne pourrait trouver aucun fondement juridique incontestable ». Une mission parlementaire, présidée par le communiste André Gerin, avait, de son côté, défendu une interdiction limitée aux « services publics ». Dignité de la femme« L'intediction doit être générale dans tout l'espace public parce que la dignité de la femme ne se divise pas », a précisé Luc Chatel, le porte-parole du gouvernement à l'issue du Conseil des ministres. En arbitrant en faveur d'une interdiction totale, le chef de l'État répond au voeu exprimé par Jean-François Copé, le patron du groupe UMP à l'Assemblée nationale, il y a plusieurs semaines. En revanche, l'exécutif reprend la main sur la forme, écartant l'idée d'une proposition de loi à l'initiative des députés UMP pour privilégier un projet de loi présenté dans le courant du mois de mai. Dans les prochaines semaines, le débat s'annonce vif tant l'interdiction intégrale divise. Mercredi, le médiateur de la République, Jean-Paul Delevoye, a ainsi pointé les limites pratiques du projet gouvernemental. « Je ne sais pas comment on va faire avec les Saoudiennes qui viennent acheter sur les Champs-Elysées, par exemple », a souligné le maire UMP de Bapaume sur RMC. A. L.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :