Ekinops, spécialiste des transmissions via la fibre optique, veut lever 9 millions d'euros sur le Nyse Euronext

 |   |  360  mots
En lançant son introduction en bourse sur le marché réglementé de Nyse Euronext, Ekinops cherche à lever de 9 à 12 millions d’euros. Spécialisée dans les solutions de transmission longues distances et métropolitaines par fibre optique, la société veut accélérer son développement commercial en France et à l’étranger, notamment sur les marchés porteurs de Russie, du Brésil et du Japon. Présidée depuis 2005 par Didier Bredy, Ekinops emploie 60 personnes, dont 40 sur son siège social et centre de R&D de Lannion (Côtes-d'Armor). Depuis 2006, elle a multiplié par 10 son chiffre d'affaires et réalisé 10,2 millions d’euros en 2012, issus à 93% de l'international, dont 40 % des Etats-Unis. Forte de 75 clients, Ekinops a fortement accéléré sa croissance au quatrième trimestre 2012 et au premier trimestre de cette année : son chiffre d'affaires consolidé sur six mois ressort à 8,40 millions d’euros, soit 82 % du CA consolidé annuel de 2012.« Notre nouveau produit 100G permet d’accroître le débit par longueur d’onde de 10 Gigabit/seconde (10 G) à 100 Gbit/s (100 G), avance Didier Bredy. Nos solutions équipent déjà les réseaux optiques de nombreux opérateurs télécoms, en France (Free) et surtout à l'étranger, en Europe de l'Est, en Afrique. »Un marché mondial de plus de 6 milliards d’euros en 2017Fournisseur des opérateurs télécoms pour les réseaux à très haut débit fixe et mobile, Ekinops est propriétaire de sa technologie logicielle et entend bien tirer parti d'un marché mondial de 3,05 milliards d’euros en 2013 et qui devrait doubler au cours de ces quatre prochaines années (+ 18 % par an). Avec l'explosion du trafic de données internet (+30 %), l'arrivée de la 4G, l'envol du cloud et de la vidéo HD, les opérateurs doivent investir pour adapter leurs infrastructures.Ekinops, qui dispose d'antennes à Paris et aux Etats-Unis, a besoin d’accroître sa force de frappe commerciale (et sa masse salariale) et investir en R&D. Elle emploie 28 ingénieurs à Lannion. Son introduction en bourse bénéficiera de 4 millions d’euros d’engagements de souscription des fonds FCPI et FCPR, actionnaires à 75 % d’Ekinops. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :