Alfred & Poppins déniche « la perle »

 |   |  350  mots
S'inspirant de la « super nounou » Mary Poppins et d'Alfred, le majordome du super héros Batman, Sébastien Pullès et Grégoire de Villartay ont décidé de fonder alfredetpoppins.fr, une plate-forme en ligne, dédiée aux services à la personne. Ces services, encadrés par loi Borloo de juillet 2005, offrent une TVA réduite (5,5 % au lieu de 19,6 %) et un crédit d'impôts de 50 %. La loi en a jusqu'à présent défini 24 : aide ménagère, soutien scolaire, garde d'enfants, bricolage, cours de gym, de cuisine ou d'informatique, aides aux personnes âgées ou handicapées, etc. La start-up, lancée en août 2009 joue donc l'intermédiaire entre les prestataires (essentiellement des structures spécialisées ou bien des auto-entrepreneurs) et les particuliers. Le besoin peut être ponctuel ou récurrent. Elle gère de bout en bout la prestation : qualité des intervenants, démarches administratives associées ou gestion des remplacements. Plus de temps perdu à dénicher « la » perle, quelques clics suffisent. Selon le type de prestation et les critères voulus (lieu, créneau horaire d'intervention...) Alfred & Poppins diffuse la demande au sein de son réseau de sous-traitants et s'engage à fournir dans un délai de 24 heures maximum un devis gratuit. Si l'internaute décide de donner suite, il devra alors payer 15 euros de frais de dossier. « Cette participation ne sera facturée qu'une seule fois ». « Le vendeur fixe le montant de sa prestation sans négociation possible ». En revanche, le système de notation mis en place met les prestataires en concurrence et garantit à terme le meilleur rapport qualité-prix. Un nouveau client tous les deux joursPour l'instant, tous les services sont accessibles en Île-de France. Certains seulement le sont à Lyon, Marseille et Toulouse ; l'objectif étant d'obtenir « un réseau de prestataires suffisamment dense à l'échelle nationale ». Quant à la base clients, « on va investir pour améliorer le référencement naturel sur Internet » et en gagner. «  ujourd'hui, on a 1 nouveau client tous les deux jours ; on en vise 2 par jour ». La start-up pense être rentable fin 2011. Virginie de Kerautem

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :