Attractivité fiscale : les limites des classements

 |   |  337  mots
Le dernier classement établi de l\'attractivité fiscale établi par PricewaterhouseCoopers (PwC) pour la banque mondiale, place la France en très mauvaise position. Dans ce classement, qui prend en compte à la fois les impôts et les charges sociales, se basant sur le cas théorique d\'une entreprise de 60 salariés, la France se situe au 169ème rang mondial, sur 185 pays étudiés. L\'an dernier, elle se situait au 164ème rang.Le taux global de prélèvement atteint en France 65,7%, contre une moyenne européenne de 42,6%. En revanche, un pays comme le Danemark, où le taux global de prélèvements obligatoires dépasse celui de la France, est très bien classé, juste après le Luxembourg et l\'Irlande, avec 27,7% de prélèvements seulement sur cette entreprise type. Est-ce à dire que les PME danoises sont particulièrement favorisées, bénéficient d\'une compétitivité plus de deux fois supérieure à celles opérant en France ?Prendre en compte toutes les chargesSi l\'on prend en compte les charges réelles supportées par les entreprises, c\'est-à-dire l\'ensemble du coût du travail, ce constat d\'une sur-compétitivité d\'un pays comme le Danemark vole en éclats. Car les employeurs, au Danemark, paient très peu, voire pas du tout de charges sociales, ce qui contribue largement à ce classement flatteur. Mais les salariés s\'acquittent, eux, d\'un impôt sur le revenu très élevé, et d\'une TVA à 25%, sur l\'ensemble de la consommation, y compris sur les produits alimentaires... Et ils ont donc obtenu, pour compenser ces prélèvements importants, des hausses de salaires considérables. Au Danemark, le salaire annuel brut moyen atteint 55.707 euros, selon Eurostat, contre 34.329 euros en France. Un écart de 38%, qui ne compense pas entièrement, mais pour une grande part, la différence de charges sociales entre les deux pays, sachant que les charges patronales représentent, en France, près de 50% du salaire brut.  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :