Air France va multiplier les prestations payantes comme les low-cost

Low-cost, compagnies traditionnelles, plus que jamais les modèles convergent sur les vols intra-européens. Alors que plusieurs compagnies à bas coûts comme Easyjet ou Vueling s\'approprient des pratiques des compagnies classiques, notamment pour capter la clientèle affaires, les compagnies traditionnelles, elles, se mettent depuis quelques années à vendre en option des services qui jusqu\'ici étaient inclus dans le prix du billet d\'avions, ou en inventent de nouvelles pour augmenter leur chiffre d\'affaires. Ce sont les fameuses recettes annexes, aujourd\'hui généralisées à l\'ensemble des compagnies à bas coûts mais aussi aux Majors américaines sur leur réseau intérieur.L\'annonce est prévue début 2013Air France, qui a expérimenté quelques options payantes comme les excédents bagages, un délai de réflexion sur la confirmation d\'un billet, le choix d\'un siège situé vers les issues de secours ou encore sur un plat amélioré en classe économique long-courrier pour une quinzaine d\'euros, s\'apprête changer de braquet. Selon des sources internes, la compagnie travaille sur « une évolution sensible de son offre payante pour augmenter les recettes ». La montée en puissance pourrait être progressive. \"On va commencer petit avant de faire évoluer l\'offre, rendez-vous en janvier\", explique t-on.  En cours d\'affinage, le projet doit être annoncé en janvier prochain. S\'exprimant lundi au salon EVP du voyage d\'affaires, le PDG d\'Air France Alexandre de Juniac a brièvement évoqué le sujet. « Les low-cost sont en train de dériver, pour une partie d\'entre elles, vers des pratiques qui nous ressemblent un peu en s\'attaquant à la clientèle affaires et nous, nous sommes obligés à l\'inverse de faire des offres à options, à des développer des recettes annexes. Pour  Air France on y reviendra en janvier ou en février », a-t-il indiqué. Interrogé, un porte-parole n\'a pas souhaité faire de commentaires.Pour autant, préviennent plusieurs sources, « cela ne remet pas en cause le cœur du business, le tout compris ». Les options payantes seront un complément, les deux offres tarifaires vont coexister.Des billets sans bagage? Selon certaines sources, le choix d\'options payantes  s\'ajouterait en supplément de l\'offre « tout compris ». \"Ce seront des options en plus\", indique t-on au sein d\'Air France. Pour d\'autres en revanche, la compagnie envisagerait de proposer sur le réseau court et moyen-courrier une offre tarifaire inférieure à celle qui existe aujourd\'hui, mais qui ne comprendrait pas ni le bagage gratuit ni la plupart des prestations qui sont assorties à l\'achat du billet. « Certaines compagnies réfléchissent en effet à lancer des billets sans bagage », confirme en effet un professionnel du voyage, sans citer de noms de compagnies. A cette offre basique dans laquelle, selon les mêmes sources, il n\'y aurait pas grand-chose d\'autre que le transport, le passager, pourrait acheter s\'il le souhaite des services en option, (comme les surclassements par exemple). Quel que soit le scénario, ces services pourraient être achetées très tardivement après la réservation, peu avant le vol, en aéroports ou à bord des avions.Un marché à près de 20 milliards d\'euros en 2011« Ces recettes annexes ont un effet de levier très fort et elles n\'ont de limite que l\'imagination des équipes marketing», explique Yan Derocles, analyste chez Oddo Securities. Selon une étude d\'Amadeus, le système de réservations des agents de voyages, les revenus annexes ont bondi de 66% entre 2009 et 2011 pour représenter un montant de 18,23 milliards d\'euros. Chez Easyjet ou Ryanair, les recettes annexes représentent environ 20% du chiffre d\'affaires.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.