Clément Faugier savoure l'amendement « Nutella »

Dans les rayons de supermarchés, les deux produits sont positionnés côte à côte, même si Clément Faugier (5 000 tonnes de crème de marrons par an) ne joue pas dans la même cour que l\'enfant chéri du groupe Ferrero (300 000 tonnes annuelles pour Nutella). Pour autant, l\'amendement parlementaire qui vise à augmenter de 300 % les produits utilisant l\'huile de palme n\'en a pas moins été une bonne nouvelle pour Jean-David Boiron, le PDG de cette PME au capital toujours familial, basée à Privas (Ardèche). Présenté par les écologistes, cet amendement baptisé « Nutella », du nom de la célèbre pâte chocolatée à tartiner, est toujours en cours de discussion au Parlement. Mais le confiseur ardéchois ne mettra pas à profit cette nouvelle disposition fiscale pour marteler un message soulignant la qualité, l\'authenticité... et l\'absence d\'huile de palme, dans ses produits. La marque n\'a plus guère de parts à gagner en grandes et moyennes surfaces, sa crème de marron y détenant 80 % de marché. Les efforts sont en revanche portés sur l\'innovation, moteur de croissance de cette entreprise qui, depuis 1882, a fait du marron et de toutes ses déclinaisons (crème, purée, marrons glacés, naturels...) son unique activité. Celle-ci permet aux Etablissements Clément Faugier (70 personnes, jusqu\'à 120 en haute saison, deux sites de production) de réaliser 20 millions d\'euros de chiffre d\'affaires dont 15% à l\'international.Grandes qualités organoleptiquesSur un mode industriel et artisanal à la fois, la PME produit au total une centaine de références et enrichit régulièrement son offre en jouant tant sur les emballages que sur les recettes. Lors du dernier SIAL (Salon international de l\'Agroalimentaire), en octobre, Clément Faugier a ainsi dévoilé une purée de marrons surgelée, présentée en galets de 10 grammes. Une nouveauté qui autorise de nombreux conditionnements : sacs de 1 000 kilos pour les magasins professionnels ou de 2 kgs pour les supermarchés. Et apporte de plus grandes qualités organoleptiques que les boîtes de conserve. Cette innovation doit permettre de développer le secteur des produits dérivés, sur lequel l\'entreprise souhaite se renforcer : «Nos produits deviennent matières premières pour d\'autres, glaciers, fabricants de soupe, de gâteaux, de yaourts, etc. Ce sera le gros de notre développement sur le marché français».Présents dans 80 paysLes produits Clément Faugier sont présents dans 80 pays. En peloton de tête : la Grande Bretagne, les Etats-Unis, le Canada, l\'Australie et le Japon. L\'offre diffère selon les pays mais les volumes demeurent faibles : « Nous restons un produit de niche ». La stratégie est donc de développer le nombre de marchés. La Chine ? Approchée en 2005, le marché s\'est révélé décevant. L\'Inde ? C\'est le prochain terrain de conquête du confiseur. « Il y aura en 2013 du Clément Faugier en Inde, c\'est un pays vierge, nous devons y être ».Autre piste de développement : répondre aux attentes des pays en matière de goût, en adaptant l\'offre : par exemple mêler de la cannelle au marron, pour le marché américain. La réactivité fait partie de l\'ADN de cette entreprise centenaire : en 1924, Clément Faugier profitait du contexte de prohibition pour faire livrer au marché américain des marrons glacés... au cognac. 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.