« La gestion paritaire a fait la preuve de son efficacité »

 |   |  349  mots
STRONG>Jean-Louis Malys, secrétaire national de la CFDT, en charge des retraitesQuelles marges de négociation ont les partenaires sociaux ? Nous sommes obligés de négocier pour deux raisons : l'accord vient à échéance à la fin de l'année et il nous faut adapter nos systèmes à la loi du 9 novembre sur le régime général. C'est la logique même des régimes complémentaires. Les paramètres principaux, comme l'âge de départ ou la durée de cotisation, dépendent de la loi. Et même si nous continuons à trouver la loi injuste et inefficace, notre responsabilité, c'est de faire en sorte que les salariés continuent à bénéficier de leurs droits. Allez-vous simplement adapter l'Agirc et l'Arrco à la loi ? Non. Si nous avons à assurer l'équilibre financier du régime, nous allons faire en sorte que les salariés soient le moins perdants possible. Et notamment en parvenant ? au minimum ? à stabiliser le taux de rendement qui n'a pas cessé de baisser ces dernières années. Nous souhaiterions aussi que le patronat aille au-delà des thèmes obligatoires que sont les retraites complémentaires et l'Unedic en acceptant un agenda social, notamment sur l'emploi. Craignez-vous des interférences du gouvernement ? Les interférences ont déjà eu lieu, avec la loi. Mais nous rappellerons que nous sommes très attachés au paritarisme qui a fait la preuve de son efficacité. Les régimes complémentaires Arrco et Agirc ont été bien gérés jusqu'à présent. Les partenaires sociaux ont su anticiper une partie des évolutions démographiques en constituant des réserves. Et le regroupement Agirc-Arrco a été exemplaire en termes d'organisation. Certains sont-ils tentés de mettre la main sur vos réserves ? Oui et nous y sommes opposés. Pendant le débat sur le régime général, le gouvernement et certains parlementaires lorgnaient sur ces réserves. Mais cela aurait été sanctionner le comportement vertueux que nous avons eu en anticipant le papy-boom et une éventuelle crise. Propos recueillis par A. L.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :