La France pionnière du droit à l'oubli numérique

 |   |  327  mots
Soucieux des risques auxquels s'exposent les citoyens, de leur plein gré ou non, sur les réseaux sociaux, les pouvoirs publics ont commencé à s'intéresser au sujet, par le biais de la protection des données personnelles. Nathalie Kosciusko-Morizet, l'ex-secrétaire d'État au Numérique, a convaincu plusieurs sites collaboratifs, dont le réseau professionnel Viadeo et Copains d'avant, de signer le 13 octobre sa charte du « droit à l'oubli », mais pas Facebook, qui compte près de 20 millions d'inscrits en France.Cette charte d'engagements volontaires insiste sur la clarification des paramètres de confidentialité et sur « les actions de sensibilisation et d'éducation des internautes » : les signataires s'engagent à « rappeler l'importance de la préservation d'une sphère privée » et les « conséquences possibles de la diffusion de certains contenus au sein du milieu professionnel. » Protection des mineurs La Commission européenne a repris ce concept de droit à l'oubli numérique, qui devrait faire partie de la proposition de loi qu'elle présentera l'an prochain. « La protection des données à caractère personnel est un droit fondamental », a déclaré Viviane Reding, la commissaire à la Justice, en dévoilant le 4 novembre son projet de renforcer les droits des particuliers en la matière, notamment sur la suppression de données les concernant. Elle avait jusqu'à présent concentré son attention sur la protection des mineurs sur le Web : les plus grands sites, dont Facebook, ont signé en 2009 sa charte pour un Internet plus sûr. Aux États-Unis, le débat se déplace sur le terrain de la liberté d'expression. L'agence fédérale chargée du respect de la législation du travail, la National Labor Relations Board, vient de déclarer illégal le licenciement d'une employée d'une société d'ambulance du Connecticut qui avait critiqué son supérieur sur Facebook avec des collègues, estimant que ses propos étaient protégés par le droit à s'exprimer sur ses conditions de travail. Delphine Cuny

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :