Évasion Communication a conquis l'Élysée

 |  | 410 mots
Lecture 2 min.
centre/spectaclesTiti et Grosminet, Pénélope ou Bob le bricoleur ont sans doute croisé Carla et Nicolas dans la salle des fêtes de l'Élysée qui accueillait 600 enfants à la mi-décembre pour le traditionnel goûter de l'arbre de Noël. Avec ces personnages, l'agence de communication de Bourges (Cher) a réussi un joli coup d'autopromotion, même si elle est devenue coutumière des grands événements. Cette société a été créée en 1994 par Cédric Bastié, jeune autodidacte passé par la grande distribution et la radio. « Je voulais utiliser les personnages de télévision et de cinéma, explique-t-il, pour proposer du marketing événementiel afin de dynamiser les points de vente, fidéliser les clients et participer au développement des entreprises. »Leadership en FranceÉvasion Communication se revendique aujourd'hui comme le « leader de l'animation commerciale en France » avec plus de 3.500 animations annuelles, un chiffre d'affaires de 3,8 millions d'euros, 40 salariés permanents et plus de 400 intermittents et saisonniers. L'agence accompagne de grandes enseignes comme Carrefour, Auchan, Casino, Yves Rocher, et des groupes, comme Lagardèrerave;re Active, Warner Bros ou Disney.Pour s'imposer, Cédric Bastié a fait le pari d'acheter une quarantaine de licences de personnages : « La licence est coûteuse ? entre 15.000 et 20.000 dollars ?, mais elle nous assure l'exclusivité en France et une partie de l'Europe. Les personnages de télévision et de cinéma sont très demandés, peut-être parce qu'en temps de crise, on a besoin de féerie et d'extraordinaire. » L'agence a également créé ses propres personnages : clowns, magiciens, sculpteurs de ballons, fées maquilleuses. Les équipes d'Évasion Communication sillonnent une partie de l'Europe à partir de Bourges, ville bien située au centre de l'Hexagone pour desservir rapidement l'Espagne ou l'Europe du Nord. Cédric Bastié a aussi fait le choix de décentraliser ses équipes, avec des agences à Cavaillon, Angoulême et Paris. Cap sur l'EuropePour se rapprocher encore de ses marchés européens, il voit plus grand : des filiales ont été ouvertes à Neuchâtel, en Suisse, et à Barcelone. D'autres ouvertures devraient suivre en République tchèque, en Russie et en Pologne, avant de se lancer au Maghreb et en Afrique. Cédric Bastié ne vise rien de moins que de dominer le marché européen de l'animation commerciale dans les prochaines années : « Le monde a besoin de rêve, estime-t-il. Nous allons le satisfaire? » Jean-Jacques Talpin, à Orlé

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :