Île Maurice, un pont entre Asie et Afrique

 |   |  1048  mots
L'île Maurice, réputée pour ses plages et ses hôtels de luxe, a longtemps été un des ports de relâche sur la route des Indes. Il en reste les récits de trésors fabuleux et de pirates. Reflet du basculement du centre de gravité de l'économie mondiale vers l'est, Maurice est aujourd'hui en passe de devenir un pont entre l'Asie et l'Afrique. Des entreprises chinoises, indiennes, coréennes s'y installent pour partir à l'assaut du marché africain.Avec ses petites lunettes serties d'acier et sa chemise blanche à manches courtes, Liu Xiaolin a des airs de professeur d'école. Il supervise pourtant le développement de l'une des six zones économiques que la Chine a décidé de créer sur le continent africain. « Le développement de la zone de coopération économique de Jin Fei prendra plusieurs années », explique-t-il. Pour l'instant, les Chinois en sont à déblayer le terrain pour préparer l'arrivée de l'eau, de l'électricité, des routes. Les 211 hectares attribués par les autorités mauriciennes au nord de Port-Louis, la capitale de l'île, ne sont pour l'instant qu'un immense terrain vague coincé entre la mer et les champs de canne à sucre qui ont, un temps, fait la fortune de l'île. « L'idée est de construire un centre d'affaires et des hôtels ainsi qu'une zone industrielle qui fera essentiellement de l'assemblage », détaille Liu Xiaolin devant un plan de la future zone économique. Dans un deuxième temps, il est prévu une zone dédiée à la santé avec des centres médicaux et enfin des centres de formation.Trois bâtisses d'un étage disposées en fer à cheval servent de chef-lieu de cette future zone économique appelée Jin Fei, du nom de la société réunissant les trois principaux actionnaires de ce projet, à savoir Taiyuan Iron and Steel Co. Ltd (Tisco), la Shanxi Coking Coal et le Tianli Group. Maurice a fourni le terrain et construira les routes pour y accéder. Les entreprises chinoises aménageront l'ensemble de la zone.Un projet qui doit beaucoup à la force de persuasion des autorités mauriciennes qui ont réussi à convaincre la Chine d'ouvrir une zone économique de plus que les quatre ou cinq prévues initialement. « Maurice est une plate-forme idéale entre l'Asie et l'Afrique », explique Raju Jaddoo, le directeur international du Board of Investment, une société parapublique chargée d'attirer les investisseurs. Situé au dernier étage d'un immeuble qui en compte une dizaine, le bureau de Raju Jaddoo donne directement sur la cathédrale Saint-Louis. La future zone économique de Jin Fei est également visible au loin. Le géant chinois des télécommunications Huawei compte y ouvrir son siège social pour l'Afrique de même que China Development Bank.Le vice-Premier ministre Xavier Luc Duval présente les choses encore plus simplement. « L'idée est de créer un comptoir commercial pour les entreprises chinoises qui visent le marché africain. Inutile de se rendre en Chine pour acquérir des tracteurs chinois, il suffira de se rendre à Maurice pour choisir. » Pour sa part, le ministre des Finances, Rama Sithanen, résume : « La zone économique Jin Fei est un peu la vitrine de la capacité industrielle chinoise. » Le fait que Maurice soit membre de la Comesa (Afrique de l'Est) et de la SADC (Afrique australe) constitue un atout supplémentaire. Ces deux zones commerciales réunissent plus de 550 millions de consommateurs.L'île Maurice, dont près des deux tiers de la population sont d'origine indienne, constitue également une destination de choix pour les entreprises indiennes cherchant à se développer à l'étranger. Né dans un village près de Bombay, Raje Gore dirige aujourd'hui la clinique de Darné dans les hauteurs de Port-Louis, la capitale de Maurice. Après des études et une courte expérience professionnelle aux États-Unis, Raje Gore rentre en Inde où il rejoint Fortis, une importante société pharmaceutique. Au moment de son embauche, il y a six ans, la société comptait six hôpitaux en Inde. Elle en a aujourd'hui trente-neuf !L'acquisition, en 2008, de 48 % de la clinique Darné est le premier investissement à l'étranger de Fortis qui a de grandes ambitions. Fondée en 1953 par le docteur François Darné, premier ambassadeur en France de Maurice après l'indépendance en 1968, la clinique emploie aujourd'hui plus de 470 personnes plus une cinquantaine de médecins. « La clinique peut pratiquer la plupart des opérations à des prix extrêmement compétitifs », explique Raje Gore. Pourquoi avoir choisi Maurice ? « C'est le moyen de nous rapprocher du marché africain qui est la prochaine ?growth story?, explique le jeune manager. Beaucoup de patients africains viennent déjà se faire soigner en Inde, mais neuf à dix heures de vol les séparent des hôpitaux indiens alors que Maurice ne se trouve qu'à quatre ou cinq heures de vol de l'Afrique. »« Il n'y a peut-être que 1 % des Africains qui disposent du pouvoir d'achat nécessaire pour venir se faire soigner à Maurice, mais 1 % d'un milliard d'habitants, c'est déjà un vrai marché. L'île Maurice constitue pour nous un test grandeur nature sur le marché africain. Il est beaucoup plus facile de comprendre le marché africain de Maurice que de l'Inde. Nous allons prospecter en Tanzanie, au Kenya ou encore au Botswana. C'est en Afrique que se trouve la plus grosse marge de croissance dans le domaine de la santé. Plus vous entrez tôt sur le marché africain, mieux vous êtes placé pour bénéficier de la croissance à venir. »L'environnement des affaires est également très favorable. Le pays, situé à 500 kilomètres de Madagascar et 1.500 kilomètres des côtes du continent africain, figure au dix-septième rang de l'indice Doing Business de la Banque mondiale, ce qui le met en tête du continent africain pour la deuxième année consécutive. Deux heures suffisent pour créer sa société. Il suffit de déclarer 100.000 dollars de chiffre d'affaires par an ou 1.000 dollars de revenus par mois pour obtenir un permis de travail. « Mais il n'y a pas de filet de sauvetage à Maurice, si vous ne travaillez pas, vous dormez dans la rue ! » met en garde Raju Jaddoo. Xavier Harel, à Maurice

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :