Dopé par son retour en Bourse, GM attaque les marchés émergents

 |   |  377  mots
Sorti de la protection du Chapitre XI (loi américaine de sauvegarde des entreprises en difficulté), dopé par son retour en Bourse fin 2010, General Motors veut rattraper le temps perdu. Le groupe de Detroit, qui doit annoncer jeudi des résultats financiers 2010 satisfaisants (3,2 milliards d'euros de bénéfice net sur neuf mois), est extrêmement offensif sur les marchés émergents. Il vient d'annoncer une avalanche de 20 véhicules nouveaux ou restylés dans les deux ans en Chine, où il envisage d'implanter de nouvelles usines. Ses ventes y ont encore augmenté de 22 % en janvier. En 2010, le constructeur avait écoulé davantage de véhicules en Chine (2,35 millions, + 29 %) qu'aux États-Unis. Il y est le premier constructeur avec 14,7 % de pénétration (hors utilitaires). Et GM prévoit d'exporter désormais « un nombre considérable » de ses petites Chevrolet Sail à partir de l'ex-empire du Milieu. InvestissementsGM est aussi à l'offensive en Inde où il compte lancer, au cours des deux prochaines années, six nouvelles voitures. GM India prévoit également de commercialiser trois utilitaires légers provenant de la gamme de son partenaire chinois SAIC, avec qui il s'est associé... en Inde. La coentreprise entre GM et SAIC se propose d'investir un demi-milliard d'euros. Les ventes de GM ont atteint les 100.000 unités (+ 60 %) l'an passé.En Russie, GM a annoncé récemment avoir signé un accord avec le russe GAZ pour l'assemblage d'une Chevrolet d'entrée de gamme à raison de 30.000 unités annuelles. Par ailleurs, le groupe, qui produit notamment le 4×4 Chevrolet Niva avec le constructeur Avtovaz, négocie en outre un accord avec le groupe local Avtotor pour former une nouvelle société commune capable de fabriquer au moins 300.000 véhicules par an.En Argentine et au Brésil où il est le troisième acteur local, GM investit 2 milliards d'euros (entre 2009 et 2012). Il vise une production de 1 million d'unités en 2014 (750.000 l'an passé). Pour son expansion internationale, General Motors recourt notamment à sa base technique sud-coréenne avec sa filiale locale GM Daewoo. Celle-ci s'est spécialisée depuis presque dix ans dans le développement de véhicules mondiaux à bas coûts. Une bonne partie de la gamme chinoise mais aussi russe - et désormais américaine - a été concoctée en Corée !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :