La planète mobile se met au « sans-contact »

 |   |  604  mots
Ce sera « la troisième révolution de la téléphonie mobile », après la voix et l'Internet mobile, selon la directrice des services Mobile d'Orange, Anne Bouverot, qui prédit que « les services mobiles sans contact changeront notre quotidien. » Grâce à la technologie NFC (Near Field Communication), déjà utilisée dans le Pass Navigo de la RATP, il suffit d'approcher son téléphone d'un lecteur électronique pour valider son titre de transport, effectuer de petits achats, gagner des points de fidélité, etc. En France, après l'expérimentation réussie à Nice, les trois opérateurs Orange, SFR et Bouygues Telecom vont déployer cette année 1 million de téléphones NFC, équipés d'une carte SIM sécurisée, dans neuf grandes villes. Ce mouvement vers le sans-contact est en fait mondial et concerne tout le secteur des télécoms, des puces aux appareils et aux services. Lundi, seize des plus grands opérateurs d'Europe, d'Inde, de Chine et d'Amérique latine, se sont engagés à lancer commercialement des services NFC d'ici à 2012. « Le marché sort de sa phase de test, il y aura enfin le choix entre plusieurs marques et différents modèles de téléphones compatibles, c'est un élément essentiel pour le décollage du marché », relève Thomas Husson, de Forrester Research. La semaine dernière, au salon mondial du mobile de Barcelone, Samsung a dévoilé deux smartphones compatibles, le Galaxy SII et le Wave 578, et RIM a promis des BlackBerry NFC cette année. Des modèles signés LG et Nokia seront disponibles chez Orange. google se placeSelon le cabinet iSuppli, le nombre de téléphones NFC va quadrupler d'ici à 2014, passant de 52 millions, soit 4 % des appareils vendus, à 220 millions (13 %), ce qui va « ouvrir la voie à l'essor du business du paiement mobile. » Ce marché du « m-paiement » devrait bondir de 30 milliards de dollars en 2012 à 110 milliards en 2014, dont 27 milliards en Europe, selon Juniper Research. « Dès qu'une masse critique de clients sera équipée de mobiles compatibles, ce marché devrait représenter un chiffre d'affaires récurrent pour les opérateurs », espère Orange. À la différence du marché des applications mobiles, où Apple et Google les ont court-circuités, ils ont ici une carte à jouer avec les SIM dont ils sont propriétaires. Mais Visa par exemple propose une autre solution, glisser une carte NFC microSD dans le téléphone.« On devrait s'orienter à moyen terme vers un modèle économique où l'opérateur loue un espace sur la carte SIM sécurisée aux fournisseurs de services, sociétés de transport, banques, groupes de distribution, etc., mais à raison de quelques euros par an et par utilisateur actif, il faudra un effet volumes pour que ces revenus associés soient significatifs » observe l'expert de Forrester. Il considère que « les services NFC vont surtout permettre aux opérateurs de fidéliser leurs clients et de renforcer le lien de confiance. »Dans la bataille des services sans contact, les opérateurs vont devoir affronter ou s'allier aux banques, mais de nouveaux entrants menacent. Par exemple Google. Le PDG du moteur de recherche, Eric Schmidt, a déclaré la semaine dernière à Barcelone que le NFC était « une opportunité de très grande ampleur. » Selon le site NFC Times, Google développerait un projet de porte-monnaie mobile, Cream, une application qui serait pré-installée dans les téléphones NFC tournant sous son logiciel Android, avec en ligne de mire la pub de proximité. Chaque utilisation dans un magasin pourrait être monétisée, comme un clic sur un lien sponsorisé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :