Au Vietnam, l'activité se redresse mais la pauvreté s'aggrave

 |   |  367  mots
Avec une demi-douzaine d'autres pays d'Asie, le Vietnam demeure confronté au défi de la pauvreté à un moment où son économie se rétablit très progressivement du ralentissement économique mondial de 2009. Lors de son passage à Hanoi, John Lipsky, premier adjoint du directeur général du Fonds monétaire international (FMI), a délivré un message mitigé. Certes les économies émergentes d'Asie, emmenées par l'Inde et la Chine, devraient croître de 8,5 % cette, le Vietnam ayant, lui, fixé un objectif de 6,5 % de croissance (5,3 % en 2009). Mais une activité plus forte ne suffira pas en elle-même à améliorer le sort des populations déshéritées. Les filets de sécurité sociale doivent être renforcés « pour protéger les pauvres et les personnes vulnérables et augmenter l'accès à des services publics de base, dont la sant頻, a rappelé John Lipsky. « La pauvreté agricole, notamment, reste problématique », a-t-il dit, pointant le « fossé croissant entre revenu urbain et rural ».La crise a fait basculer 14 millions de personnes dans la pauvreté au sein de l'Asie émergente, a souligné John Lipsky, 14,8 % de la population vietnamienne vivant sous le seuil de pauvreté.Pour Hanoi, la question se pose avec d'autant plus d'acuité que l'inflation s'accélère, pesant sur le pouvoir d'achat. En février, les prix ont augmenté de 8,4 % par rapport à l'année précédente, un plus-haut depuis dix mois, résultant notamment des mesures budgétaires généreuses mises en oeuvre par le gouvernement et de l'assouplissement du crédit.Le dong dévaluéÀ présent, le gouvernement s'efforce de maîtriser l'inflation tout en évitant la formation de bulles notamment dans l'immobilier. Les autorités monétaires ont commencé à durcir la politique monétaire. Le dong, la monnaie vietnamienne, a été dévalué en février et en novembre, afin de limiter les importations. Mais cette mesure pèse sur les dépôts bancaires et pénalise le pouvoir d'achat de la population. Plus préoccupant, l'agence de notation Fitch prévoit qu'Hanoi va devoir prendre de nouvelles « mesures en faveur de la croissance d'ici au Congrès national du Parti communiste au pouvoir en janvier 2011 ». Au risque d'amplifier les pressions inflationnistes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :