Transgène peine à convaincre les investisseurs

 |   |  283  mots
LA VALEUR À SUIVREles dirigeants des sociétes cotées le savent bien : les exigences de retour sur investissement des marchés financiers s'accordent rarement avec leurs visées stratégiques à long terme, pour peu que celles-ci s'éloignent des sentiers battus. La biotech strasbourgeoise Transgène, détenue à 55 % par la famille Mérieux, en a fait les frais ce lundi : son titre a reculé de 3,40?% à l'annonce de ses résultats 2009. Les investisseurs ont surtout retenu l'aggravation de la perte nette (27,3 millions l'an dernier contre 18 millions en 2008) du fait de la baisse des revenus de licence et des subventions. essai de phase IIPourtant, Philippe Archinard, le directeur général de la biotech, s'est appliqué à démontrer le bien-fondé de sa stratégie. L'action Transgène avait dévissé de 17 % le 10 mars à l'annonce d'un partenariat avec Novartis pour son vaccin thérapeutique contre le cancer du poumon, le TG4010. Très attendue, cette opération ne s'est concrétisée que par une « option de licence », peu appréciée. Les dirigeants de Transgène soulignent qu'un tel accord leur assurera un meilleur contrôle sur le devenir de leur produit. « Avec un bon accord de licence, une biotech conserve au plus 30 % de la valeur de son produit. Nous visons beaucoup plus » a martelé ce lundi Philippe Archinard. Il compte sur les prochaines échéances à venir pour redorer le blason de la biotech : lancement d'un essai de phase II pour son vaccin contre l'hépatite C (TG 4040) d'ici juin, et mise en place de l'essai TG4010 pour convaincre Novartis. Avec une trésorerie représentant environ deux ans d'activité (64,7 millions), Transgène a de quoi voir venir mais n'a plus droit à l'erreur. Audrey Tonnelier? 3,40 %

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :