Malakoff Médéric prépare son métier de demain

Le groupe paritaire d'assurances de personnes et de retraite Malakoff Médéric veut avoir un coup d'avance. « Nous voulons devenir un acteur de la gestion du risque santé. Nous devons pouvoir éclairer le choix du client par une labellisation des offres de soins et un contrat type afin de réduire son reste à charge et de baisser nos coûts », explique Guillaume Sarkozy, le délégué général. Avec un chiffre d'affaires brut de 3,3 milliards en 2009, en hausse de 1,4 % (et même en hausse de 5,3 % hors évènements exceptionnels), Malakoff Médéric limite les effets de la crise dans ses comptes. De plus, son bénéfice à 156 millions d'euros progresse de 33,3 % et la marge de solvabilité couvre 3,6 fois l'exigence réglementaire. Des résultats qui permettent à Guillaume Sarkozy de maintenir le cap stratégique défini dans le plan d'entreprise en 2008 même si le projet d'accroître le chiffre d'affaire de 450 millions d'euros par croissance externe n'est toujours pas réalisé. « Nous pouvons mobiliser une partie de nos capitaux propres pour participer à la consolidation du métier de la santé et préparer le métier de demain », précise le délégué général. créer des synergiesFin 2009, une prise de participation dans un groupe de cliniques avait été préparée conjointement avec le groupe Covéa (Maaf, MMA, GMF), Prédica (groupe Crédit Agricolegricole) et la Caisse des Dépôts. L'opération n'a pas abouti. Mais Guillaume Sarkozy reste convaincu qu'il « est important de pouvoir entrer à l'intérieur de l'offre de soins pour voir comment créer des synergies. C'est une compétence qu'il faut développer dans le groupe ». La création en cours d'un réseau d'opticiens agréés commun à Malakoff Médéric et Harmonie Mutuelles accessible à 6 millions de bénéficiaires, s'inscrit dans cette logique. Un réseau du même genre devrait être constitué pour les audio-prothésistes fin 2010 et une « réflexion » est engagée sur les dentistes. « En ce qui concerne la chirurgie, il s'agit plutôt d'un projet pour fin 2011 ou début 2012 », indique Guillaume Sarkozy. qui affiche son ambition de « contractualiser avec les chirurgiens ». capacité d'investissementIl multiplie également les partenariats avec des opérateurs spécialisés. Malakoff Médéric détient ainsi depuis 2008 plus de 10 % dans le groupe Korian de maisons de retraites et cliniques spécialisées dans la dépendance. Et, en 2009, il a pris 13 % dans LVL Medical, spécialiste de l'assistance médicale à domicile. La cession très récente de sa participation dans la société Adeslas en Espagne pour 492 millions d'euros permet au goupe de réaliser 150 millions de plus-value et lui donne une capacité supplémentaire d'investissment. Séverine Sollie

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.