Affaire Cahuzac : les juges français convoquent la banque (suisse) Reyl

 |   |  392  mots
La banque suisse Reyl se retrouve une nouvelle fois dans le collimateur dans le cadre de l\'affaire Cahuzac. C\'est elle même qui l\'a annoncé en faisant part dans la nuit du 19 au 20 septembre de sa convocation par les juges financiers français chargés d\'enquêter sur le compte non déclaré de l\'ancien ministre du Budget.Une première enquête suisseDans un communiqué, la banque assure qu\'elle a toujours \"pleinement collaboré\" avec les autorités helvétiques et qu\'elle fera de même avec la justice française, \"dans le strict respect du droit suisse\". François Reyl, le directeur général de la banque avait déjà été entendu à sa demande par un procureur de Genève Yves Bertossa qui avait confirmé qu\'elle avait agi \"en conformité avec la réglementation qui s\'impose à elle\".Le parquet de Genève avait enquêté à la demande de la justice française pour confirmer l\'existence d\'un compte bancaire suisse non déclaré de l\'ex-ministre français du budget. Notamment mis en examen pour fraude fiscale, Jérôme Cahuzac avait été contraint à la démission du gouvernement le 19 mars, quand le parquet de Paris avait désigné des juges pour enquêter sur ce compte révélé en décembre 2012 par Mediapart.>> L\'affaire Cahuzac, une histoire politico-judiciaire en trois actesUne nouvelle enquête démarre après la publication de la liste Condamin-GerbierFin mai, la justice française avait lancé une autre enquête visant Reyl après des déclarations, le 18 avril, d\'un ancien employé de la banque, Pierre Condamin-Gerbier. Interrogé comme témoin dans l\'affaire Cahuzac, il avait affirmé que d\'autres contribuables français y avaient des avoirs cachés. Les locaux parisiens de la banque ont été perquisitionnés fin juillet.>> Une quinzaine de politiques français ont ou ont eu un compte en Suisse, selon un ancien cadre de la banque ReylAprès avoir témoigné devant la commission d\'enquête parlementaire sur l\'affaire Cahuzac, Pierre Condamin-Gerbier avait été placé en détention provisoire en Suisse début juillet à la suite d\'une plainte de Reyl pour vol, falsification de document et violation du secret professionnel et commercial. La presse suisse a annoncé mercredi sa libération.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :