Ce que le marché dit de Copenhague

 |   |  350  mots
Répétition générale avant Copenhague, le sommet de l'ONU sur le climat qui se tenait hier à New York a de nouveau brassé beaucoup de? CO2. Pas seulement à cause du kérosène brûlé par les jets privés des participants. Les formules dramatiques sur l'impact des gaz à effet de serre ont aussi fusé. L'absence d'accord sur les émissions de CO2 d'ici la fin de l'année serait « moralement inexcusable » pour le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon. Elle entraînerait des « conséquences irréversibles » pour le président Obama, tandis que le président chinois a promis de réduire l'intensité en dioxyde de carbone de la croissance chinoise. Une rhétorique rabâchée, dont même les entreprises américaines les plus polluantes se font désormais l'écho. Les voilà qui réclament à cor et à cri une législation contraignante, si l'on en croit l'appel lancé par General Electric et BP hier. Beaucoup de bruit pour rien, si l'on observe les marchés du CO2, franchement orientés à la baisse ces derniers temps. À 13,67 euros la tonne hier sur Bluenext, le marché européen ne semble pas accorder une once de crédit à l'hypothèse d'un accord international en 2009. L'Europe s'est en effet engagée à accélérer son effort sur le CO2 en cas de succès à Copenhague. Concrètement, cela reviendrait à réduire non plus de 20 %, mais de 30 % les émissions de CO2 d'ici 2020. La contrainte pesant sur les entreprises serait alors plus forte, les quotas plus rares, et les cours plus élevés. Les quotas dont bénéficient aujourd'hui les entreprises étant théoriquement utilisables jusqu'en 2020, leurs prix devraient s'en ressentir. Ils traduisent au contraire une situation plus terre à terre : le ralentissement économique a réduit de facto les émissions des industriels européens, notamment des aciéristes et autres cimentiers. Tout espoir n'est pourtant pas perdu. Selon Mark Lewis, analyste à la Deutsche Bank, il y a encore une petite chance pour qu'un accord soit signé d'ici la fin de l'année. Une chance sur? 20. Aline Robert

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :