UMP : Copé lâche du lest, la Cocoe reconnaît son erreur

 |   |  400  mots
Même Jean-François Copé dit vouloir mettre fin à \"cette situation kafkaïenne\" à l\'UMP. Il a semblé vouloir lâcher du lest en acceptant de saisir la commission nationale des recours de son parti et surtout en acceptant qu\'Alain Juppé y participe en tant qu\'observateur. \"En tant que président de l\'UMP, et afin de lever toute ambiguïté et afin de garantir la transparence totale sur cette élection, et voyant que rien ne bouge, j\'ai décidé de saisir moi-même, dès aujourd\'hui, conformément à l\'article 28 de notre règlement intérieur, la commission nationale des recours, qui est la seule instance habilitée à régler les différends électoraux au sein de notre famille politique\", a-t-il déclaré ce jeudi depuis le siège de l\'UMP. Après ses travaux, la commission publiera des résultats et pourrait décider de les modifier ce qui pourrait conduire à l\'élection de François Fillon à la tête de l\'UMP.Alain Juppé a proposé qu\'une instance collégiale \"s\'appuie sur les commissions statutaires compétentes et aurait pour tâche, dans un délai de dix jours, de réexaminer l\'ensemble des résultats, sur la base des conclusions de la Cocoe, ainsi que l\'ensemble des remarques et contestations émises par les deux camps devant la commission nationale des recours pour proclamer un résultat fidèle à la décision de nos militants\". Cette proposition fait figure d\'ultimatum puisqu\'elle tient jusqu\'à ce jeudi à 20 heures. >>> DIAPORAMA Suivez en direct le fil rouge de l\'élection de la présidence de l\'UMPLa Cocoe reconnaît son erreurPar ailleurs la Commission d\'organisation et de contrôle des opérations électorales (Cocoe) , en charge du décompte des voix, a reconnu son erreur Elle admet que l\'ajout de voix manquantes inverserait \"vraisemblalement\" les résultats.  Elle en a appelé à l\'intervention de cette autre instance qu\'est la commission des recours.Mardi, Eric Ciotti, directeur de campagne de l\'ex-Premier ministre, a affirmé que trois fédérations (Nouvelle Calédonie, Wallis et Futuna et Mayotte) avaient été oubliées dans le calcul final. D\'après lui, leur intégration permettrait à François Fillon de l\'emporter de 26 voix.>> A lire aussi: Le camp Fillon repart à l\'assaut de l\'UMP  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :