Dublin se prépare à des élections législatives anticipées

 |   |  356  mots
Durement frappée par la crise économique, l'Irlande s'engage dans une phase politique critique. Poussé au départ de la tête du Fianna Fail, le parti au pouvoir, Brian Cowen, le Premier ministre irlandais, a, sans le souhaiter, ouvert la voie à des élections législatives anticipées. Celles-ci sont officiellement fixées au 11 mars. Mais, dimanche, la pression est montée d'un cran sur le chef du gouvernement qui pourra difficilement rester à son poste jusqu'en mars. Les Verts, en effet, ont décidé de se retirer de la coalition gouvernementale, ce qui ne peut que déséquilibrer la balance en défaveur de Brian Cowen. « Notre patience est à bout », a déclaré le chef du parti écologiste, John Gormley, estimant « des élections absolument nécessaires ». Seule consolation pour le Premier ministre, le chef des Verts a indiqué que son parti « soutiendrait le vote de la loi de finances « depuis les bancs de l'opposition ».En attendant, Brian Cowen est de plus en plus isolé. Après une semaine éprouvante qui s'est achevée par la démission de six de ses ministres, les deux principaux partis d'opposition, Labour (gauche) et Fine Gael (centre), sont passés à l'offensive dimanche. Ils ont proposé au gouvernement de l'aider à faire adopter la loi de finances 2011 dès cette semaine, à condition de fixer une nouvelle date pour les élections. Mais Brian Cowen a jugé « impossible » une adoption en une semaine. Quoi qu'il en soit, la Constitution irlandaise prévoit que la dissolution du Parlement doit avoir lieu trois semaines avant la date des élections. Cette loi de finances est la clé du retour de « la confiance de la communauté internationale » pour l'Irlande, dont la situation financière inspire de grandes craintes. À défaut d'une nouvelle date pour le scrutin, le Labour se prépare au vote d'une motion de défiance mercredi. Le même jour, le Fianna Fail (centre) doit se donner son nouveau chef. Mais sa popularité est au plus bas. Après avoir dominé la vie politique de l'Irlande depuis son indépendance, le Fianna Fail n'est crédité que de 14 % des intentions de vote. L. C.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :