« Le succès des heures supplémentaires retarde les créations d'emplois »

 |   |  311  mots
STRONG>Éric Heyer Economiste à l'OFCEQuel impact le recours aux heures supplémentaires a-t-il eu sur l'emploi ?L'incitation aux heures supplémentaires avait un sens en 2007, lorsque le dispositif a été pensé, parce que le chômage baissait. Aujourd'hui, le succès des heures supplémentaires pose problème, car il faudrait qu'elles diminuent fortement, afin de laisser de la place aux personnes sans emploi. La durée du travail doit augmenter en période de chômage faible et diminuer en période de chômage de masse. Pendant la crise, on a sans doute assisté, sur du court terme, à un dilemme entre emploi et temps de travail, qui s'est résolu au détriment de l'emploi. Avec la reprise progressive de l'activité, on revient dans un schéma plus logique, à savoir que les chefs d'entreprise ont, dans un premier temps, recours aux heures supplémentaires, et ensuite à l'emploi, une fois qu'ils sont assurés du retour de l'activité.La défiscalisation des heures supplémentaires (loi Tepa) a-t-elle permis aux salariés de retrouver du pouvoir d'achat ?La mesure a permis d'injecter 4,5 milliards d'euros dans l'économie [en 2008, première année de l'application de la loi Tepa, Ndlr], en partie vers les entreprises en allégements de charges, en partie (pour moitié) en pouvoir d'achat pour les ménages. Mais si elle a amélioré le pouvoir d'achat des salariés, elle a détérioré celui des chômeurs. Or la proportion marginale à consommer est supérieure chez les personnes sans emploi que chez les personnes qui ont un emploi. Ainsi, rien n'indique que ces milliards aient été profitables à l'économie, même s'ils l'ont été aux salariés. On paie actuellement les conséquences de l'entêtement à maintenir une mesure qui n'est plus intéressante, parce que le chômage est élevé.Propos recueillis par Sara Sampaio

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :