Cantonales : une voix qui porte

 |   |  123  mots
« Le PS, ce n'est pas mes idées, le FN, ce n'est pas mes valeurs. » C'est ainsi que la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a expliqué que « personnellement » elle voterait pour le candidat de gauche en cas de duel au second tour face au FN. Valérie Pécresse a été parmi les premières figures de l'UMP - avant François Fillon - à trangresser le mot d'ordre venu de l'Elysée, relayé par Jean-François Copé, à savoir « ni alliance avec le FN, ni front républicain ». Si, à cette ooccasion, l'élue des Yvelines a pris une nouvellle dimension politique, elle a aussi hérissé plusieurs parlementaires et responsables de sa famille politique. Le prix des convictions. A. E.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :