Michael O'Leary : « Qu'Air France aille se faire f... »

 |   |  620  mots
Son incontournable chemise à carreaux à col ouvert, ses jeans et son langage lui donnent plus que jamais un air de cow-boy. Michael O'Leary, le directeur général de Ryanair, aime la confrontation, et la plainte déposée par Air France auprès de la commission européenne, révélée la semaine dernière, lui donne l'occasion de s'en donner à coeur joie. « Allez-vous faire foutre (« screw you »), Air France. Votre procès est foutu, vous le savez. »La compagnie française a porté plainte contre Ryanair fin novembre ? mais vient juste de le révéler- à propos de l'aide que sa rivale à bas coûts reçoit des aéroports régionaux. « Ryanair subordonne la desserte d'un aéroport à la mise en oeuvre par les personnes publiques exploitant ces aéroports de mesures d'aides en sa faveur », accuse Air France. Celle-ci estime que, au total, Ryanair recevrait jusqu'à 660 millions d'euros d'aide de toutes sortes, que ce soit sous forme « de rabais sur redevances, de tarifs préférentiels d'assistance en escale ou encore d'aides marketing ».Michael O'Leary rejette d'un bloc l'accusation. Selon lui, l'aide reçue n'est pas une subvention publique, mais relève de négociations commerciales. « Les aéroports ont le droit d'offrir des réductions. » Des propos partiellement démentis par deux procès que Ryanair a perdus dans le passé, concernant les aéroports de Strasbourg et Pau. Les rabais obtenus avaient été considérés comme des aides publiques illégales.dénonciationMais le patron de Ryanair n'en a cure. Il estime qu'Air France KLM est bien mal placé pour donner des leçons de concurrence. « C'est incroyable pour une compagnie aérienne qui a reçu plus de subventions que toutes les autres en Europe. » Son avocat, dans un email que « La Tribune » a pu consulter, liste les infractions supposés de la compagnie française : en 1994, la commission a jugé qu'Air France avait reçu de l'aide d'Etat à hauteur de 230 millions d'euros ; en janvier 2009, elle a jugé qu'elle avait perçu des réductions de charges sur les lignes domestiques françaises, pour un montant estimé ? selon Ryanair- à 1 milliard d'euros ; enfin, entre juillet 2008 et juin 2009, Air France KLM a reçu 444 millions d'euros d'aide du gouvernement néerlandais via une exemption d'impôt (le jugement sur le sujet n'a pas encore été rendu).Pour Michael O'Leary, l'attaque d'Air France est avant tout une volonté de bloquer le développement des aéroports régionaux français. « Air France veut forcer tous les visiteurs en France à passer dans ?le hub? (c'est-à-dire Paris, Ndlr). » Il en veut pour preuve l'exemple de l'aéroport de Strasbourg. « Air France transportait environ 2.000 passagers par mois entre Londres et Strasbourg. On a ouvert la même destination, et le trafic a explosé à 140.000 passagers. Air France a bloqué notre accord avec l'aéroport de Strasbourg, via un procès il y a cinq ans. Nous avons simplement déménagé à Baden Baden [de l'autre côté de la frontière allemande, Ndlr]. Notre trafic y atteint maintenant plus de 200.000 passagers, tandis que celui d'Air France à Strasbourg est tombé à près de 1.000 par mois. Air France est très heureux. Ils ont bloqué la concurrence, Strasbourg souffre et l'aéroport meurt sur ses pieds. Et Air France dit : si vous voulez aller quelque part, il faut passer par Paris. »bataille de comSelon lui, Air France n'a « aucune chance » de gagner son procès. « C'est un simple coup de relations publiques », affirme sans rire ce grand spécialiste du genre. Mais il peut se permettre de peu s'en inquiéter : pour la première fois cette année, Ryanair va dépasser Air France KLM en nombre de passagers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :