Le flou du patrimoine des universités

 |   |  222  mots
Volet méconnu de la loi de réforme des universités (LRU) votée en août 2007, le transfert du patrimoine immobilier de l'Etat aux universités -qui gèreraient ensuite seules l'entretien, la vente ou l'acquisition de leurs bâtiments- pose quelques soucis de financement. A l'heure des économies forcées -crise oblige- l'Etat ne rechignerait pas à se débarrasser des 15,3 millions de m2 de patrimoine (sur 18,7 millions de m2) dont il est propriétaire. Mais, expliquent les sénateurs Philippe Adnot et Jean Léonce Dupont, auteurs d'un rapport d'information sur le sujet, l'extrême complexité du paysage immobilier universitaire (35% du patrimoine en mauvais état, fortes inégalités sur la valeur des biens selon les universités) rend impossible l'adoption de règles de financement claires et générales.attractivitéPour tenter de trouver des solutions, neuf universités ? quatre parisiennes et cinq en régions ? se sont portées volontaires. Selon Philippe Adnot, « ce processus permettra d'inscrire la stratégie immobilière dans le projet d'établissement et de renforcer l'identité, l'image de marque et l'attractivité des universités ». Sont notamment évoqués des partenariats avec les collectivités territoriales, ou avec des entreprises publiques et privées, ainsi qu'une aide financière annuelle de l'Etat d'un montant à définir au cas par cas. Sylvain Rolland

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :