Le brasseur Carlton & United Breweries, objet de toutes les convoitises

La question du rachat se pose déjà depuis le mois de mai. Mais officiellement, Carlton & United Breweries, la filiale bière du fabricant de boissons australien Foster's, n'est toujours pas à vendre. Un détail qui ne semble pas perturber le géant sud-africain SABMiller, le deuxième brasseur mondial coté à Londres, qui vient de mandater JP Morgan et Royal Bank of Scotland afin de le conseiller dans ce dossier, selon la presse australienne de lundi. Le brasseur n'a pas souhaité faire de commentaires sur ce dossier.Déjà propriétaire des droits de passage de Foster's aux États-Unis, SABMiller semble déterminé à mettre la main sur le brasseur australien, propriétaire des marques Foster's Lager, Victoria Bitter ou Pure Blonde, et présent dans 155 pays. Il pourrait débourser la somme de 8,6 milliards d'euros pour cette acquisition, soit 700 millions de plus que les 7,9 milliards déjà évoqués en juin, au moment où Foster's avait indiqué vouloir scinder ses activités bière et vin, suscitant au passage toutes les convoitises. Et pour cause. Sur les 3 milliards d'euros de chiffre d'affaires réalisé en 2009, Foster's dégage 38,5 % de marges grâce à son activité bière, qui génère à elle seule 85 % de ses bénéfices. À contrario, son activité vin, centrée sur l'Amérique, a connu un déclin de ses prix et de ses marges en 2009, en raison d'un dollar australien trop fort combiné à la récession subie par les États-Unis. présence à l'internationalDans un secteur où la tendance à la concentration est forte, SABMiller n'est pas seul sur le coup : Asahi Breweries, le fabricant de boissons japonais, qui représente 50 % de son marché intérieur (sur une population de 127 millions d'habitants), se verrait bien renforcer sa présence à l'international en se portant également acquéreur de la filiale australienne. Le brasseur japonais, qui n'a pas non plus souhaiter commenter ces informations, bénéficierait des conseils de Nomura et de Rothschild sur ce dossier. Pour l'heure, aucune offre formelle, aussi bien de SABMiller que d'Asahi, n'avait encore été présentée, selon l'agence Reuters. Cindy SALHI

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.