Deux caisses de Crédit Agricole quittent la cote

 |   |  317  mots
ourseLa cotation du groupe Crédit Agricolegricole fin 2001 n'avait pas empêché un certain nombre de caisses régionales de rester elles-mêmes cotées. Deux des quinze caisses qui ont encore des certificats coopératifs d'investissements (CCI) négociés sur le compartiment C de la Bourse de Paris ont décidé de se retirer de la cote en rachetant intégralement leurs CCI. La caisse régionale d'Aquitaine (Gironde, Landes, Lot-et-Garonne) et la caisse régionale de Centre-Loire (Cher, Loiret, Nièvre) ont vu leur cours suspendu hier en attendant de dévoiler les modalités de l'opération. Pour éviter toute spéculation, les treize autres caisses régionales encore cotées ont déclaré « ne pas avoir l'intention de procéder à des opérations similaires dans les prochaines années ».Plusieurs raisons expliquent ce retrait. Dans les deux cas, la part de flottant était réduite (à peine 10 %), et représente un volume peu élevé : environ 7 millions d'euros pour la caisse d'Aquitaine et un peu moins de 3 millions pour la caisse Centre-Loire. Gérer un marché aussi étroit constituait donc une contrainte et une lourdeur importantes pour les deux établissements.trop sensibles à la criseD'autant que les sociétaires des caisses régionales, pensant à l'origine acheter des titres solides, ont sans doute été heurtés par les variations de leur titre au moment de la crise financière. En 2007, le titre aquitain s'échangeait aux environs de 35 euros, avant de descendre à 9,5 euros en décembre dernier. Certes, le cours a repris plus de 55 % depuis le début de l'année, pour revenir à 15,30 euros avant-hier, mais cela n'était sans doute pas suffisant pour contenter les porteurs de CCI. Du côté de Centre-Loire, le cours du CCI n'a cessé de chuter depuis 2005 (où il atteignait 80 euros) jusqu'à 21 en décembre, avant de reprendre 30 % depuis janvier, pour atteindre 27,4 euros à sa dernière cotation. G. L. S.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :