En bref

 |   |  596  mots
STRONG>La croissance s'est accélérée plus que prévu au troisième trimestre aux États-Unis La croissance économique des Etats-Unis s'est accélérée plus que prévu au troisième trimestre, selon de nouveaux chiffres officiels publiés mardi. Par rapport au trimestre précédent, le PIB a augmenté pendant les trois mois d'été de 2,5 % en rythme annuel, après une hausse de 1,7 % au deuxième trimestre. Le ministère a revu en hausse de 0,5 point son estimation initiale publiée fin octobre. Cette révision est un peu plus forte que ne le pensaient les analystes. L'été a marqué le cinquième trimestre consécutif d'expansion économique aux États-Unis depuis la fin officielle de la dernière récession, en juin 2009. Le ministère précise que sa nouvelle estimation reflète des révisions à la hausse de la consommation des ménages, des exportations et des dépenses des États fédérés et des collectivités locales, compensées en partie par une révision à la baisse de la hausse des stocks des entreprises. La progression de la consommation des ménages a été revue à la hausse de 0,2 point, à 2,8 %, ce qui reste son plus haut niveau depuis le quatrième trimestre de 2006.Selon un sondage, la moitié des Estoniens est pour l'adoption prochaine de l'euro Un peu plus de la moitié (54 % ) des Estoniens soutiennent la prochaine adoption par leur pays de l'euro, le 1er janvier, indique un sondage publié mardi. « Le sondage montre que le soutien a augmenté de cinq points de pourcentage depuis octobre », a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère des Finances Rainer Laurits. Ce dernier sondage diffère grandement d'une enquête diffusée en octobre et commandée par les eurosceptiques estoniens qui ont acquis peu d'influence dans ce pays entré dans l'UE en 2004. L'institut Saar Poll avait alors constaté que 34,3 % des personnes interrogées étaient favorables au passage de la couronne à l'euro, 52,8 % y étaient opposés et 12,8 % se disaient sans opinion. Le gouvernement rejette les arguments des eurosceptiques, estimant que malgré la crise de la dette grecque et les autres difficultés de la zone euro, il est opportun pour ce pays d'entrer dans le club de ses principaux partenaires économiques.L'adhésion de la Russie à l'OMC est quasiment faite L'adhésion de la Russie à l'Organisation mondiale du commerce (OMC), dont le processus a démarré il y a dix-sept ans, est au « stade final », a indiqué mardi la ministre russe du Développement économique et du Commerce, Elvira Nabioullina, en visite à Genève. Nous avons résolu des questions que nous n'étions pas parvenus à résoudre pendant des années », a-t-elle ajouté, soulignant qu'il restait désormais au niveau bilatéral à conclure un accord avec l'Union européenne. La Russie est la dernière grande puissance économique à ne pas être intégrée au système commercial multilatéral. Après de tortueuses négociations entamées en 1993, l'adhésion de la Russie à l'OMC avait été remise en cause par les États-Unis en août 2008 à la suite de l'intervention russe en Géorgie.Nouvelle baisse du déficit public espagnolLe déficit budgétaire de l'État espagnol (hors régions autonomes) a baissé à nouveau le mois dernier, a annoncé mardi le ministère de l'Économie. Il est en recul depuis le mois d'avril dernier. C'est surtout la hausse des recettes fiscales qui a permis cette réduction (+ 25,5 % sur un an). Madrid a prévu de réduire son déficit à 9,3 % en 2010 contre 11,1 % en 2009.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :