Volkswagen amorce son retour industriel aux États-Unis

 |   |  336  mots
Volkswagen finalise son projet américain. « La préproduction à Chattanooga [Tennessee] démarrera en janvier prochain, explique à « La Tribune » le PDG de Volkswagen of America, Jonathan Browning. La production de série débutera au troisième trimestre. » Vingt-cinq ans après avoir cessé la production de sa Rabbit (Golf) à Westmoreland, le constructeur amorce son retour industriel aux États-Unis. Le site aura « une capacité de 150.000 véhicules par an ». Il fabriquera une familiale inédite, sorte de Passat européenne rallongée. Pour concurrencer les Toyota Camry et Honda Accord, les deux berlines les plus vendues outre-Atlantique. Lancement : fin 2011. Ce véhicule sera réservé à « l'Amérique du Nord et au Moyen-Orient ».« L'investissement total en Amérique du Nord est de 4 milliards de dollars [3 milliards d'euros] », dont 1 milliard (750 millions d'euros) pour l'usine, qui a obtenu des aides publiques pouvant représenter jusqu'aux deux tiers de la somme. « Une deuxième ligne de montage pour un deuxième véhicule est envisageable ultérieurement. » L'investissement couvre aussi un « nouveau site de moteurs à Silao au Mexique, qui démarrera en 2013 ». Chattanooga et Silao compléteront le dispositif industriel historique de Volkswagen à Puebla, également au Mexique. Cette grande usine fabrique la nouvelle Jetta, une Golf à quatre portes et coffre séparé commercialisée depuis septembre 2010. Puebla produira aussi, en 2011, la nouvelle Beetle, un modèle rétro évoquant la Coccinelle originelle.Volkswagen, qui n'espère pas être rentable sur place avant 2012-2013, a vu ses ventes progresser de 20 % sur dix mois aux États-Unis, à 212.700 unités. Sa filiale haut de gamme Audi a crû dans le même temps de 22 %, à 81.700. Le groupe vise désormais 1 million de véhicules en 2018 aux États-Unis (dont 200.000 Audi). Pour cela, il lui faut s'implanter industriellement aux États-Unis, mais aussi améliorer une image de marque mitigée, due à la qualité médiocre des produits mexicains dans les années 1980 et début 1990. Le classement de ses modèles dans les enquêtes locales auprès des clients demeure d'ailleurs moyen ! Alain-Gabriel Verdevoye, à Los Angele

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :