Ces entreprises publiques françaises qui défiscalisent via des holdings aux Pays-Bas

 |   |  357  mots
Après le remous suscité par l\'exil fiscal de Gérard Depardieu, il semblerait que ce soit au tour de l\'Etat français de trinquer. C\'est en tout cas ce que rapporte ce mercredi le quotidien néerlandais Het Financieele Dagblad. Selon lui, de France Telecom à Veolia en passant par EDF, GDF Suez, et Thales, bon nombre de grandes entreprises françaises auraient recours à des holdings financières basées aux Pays-Bas afin de faire fondre leurs impôts.  Des sociétés dans lesquelles l\'Etat français détient ou a détenu des participations. Une vingtaine d\'entreprises Le quotidien a mené l\'enquête. Résultat, en plus de ces entreprises, le journal a dénombré plus d\'une vingtaine de sociétés ayant recours à cette pratique. Des entreprises qui, soit dit en passant, réalisent des chiffres d\'affaire annuels moyens supérieurs à deux milliards d\'euros. La pratique offre un double avantage. Dans un premier temps, la holding aux Pays-Bas permet de rappatrier des fonds qui bénéficieront d\'un traîtement fiscal intéressant. Mais elle permet aussi de bénéficier des accords fiscaux bilatéraux signés entre La Haye et les capitales d\'autres pays. A titre d\'exemple, il est ainsi \"plus intéressant d\'investir en Pologne via les Pays-Bas que directement depuis la France\", assure le journal.Des montages économiquesEt le quotidien de préciser que la société EDF détient la centrale de Vlissingen et dispose de trois holdings financières aux Pays-Bas. Deux d\'entre elles auraient été créées fin 2011 permettant à EDF d\'y intégrer sa participation dans deux centrales polonaises. Un calcul qui les exempte d\'impôts aux Pays-Bas tandis que la France leur infligerait un impôt de 5%. Au final, si le quotidien n\'est pas parvenu à estimer clairement les économies ainsi générées, il n\'a pas manqué de rappeler que l\'Etat français était actionnaire d\'EDF à hauteur de 84%. Et de conclure que cette pratique aurait même tendance à \"beaucoup augmenter\" ces dernières années. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :