Les retraites prises

 |   |  372  mots
En théorie, réformer un régime de retraite par répartition devrait d'abord viser à garantir un niveau décent de pension pour les générations futures. La réforme présentée le 16 juin dernier par le gouvernement Fillon est beaucoup moins ambitieuse... et de plus court terme. Car elle tente avant tout de concilier deux buts inconciliables, de trouver une voie médiane entre deux objectifs élevés au rang d'impératifs par l'exécutif? : d'une part, rassurer les marchés financiers quant à sa volonté d'assainir les finances publiques, d'autre part, ne pas administrer une potion trop amère aux retraités et futurs retraités afin de ne pas les mettre dans la rue. Quinze ans après, le spectre de novembre 1995 rôde toujours.Ce numéro d'équilibriste a abouti à une réforme inachevée d'un point de vue strictement comptable. Certes, le gouvernement promet un déficit « zéro » en 2018. Mais le compte n'y est pas?: le recul de l'âge légal de la retraite à 62 ans apportera 18,6 milliards d'euros, tandis que diverses recettes budgétaires doivent compléter à hauteur de 8,4 milliards d'euros. Mais 15,6 milliards d'euros restent non financés par la réforme à horizon 2018...La tenaille sur les retraites s'est encore resserrée en cette prérentrée. La semaine dernière, l'agence de notation Moody's a lancé un avertissement sans précédent à la France, ainsi qu'aux États-Unis, à l'Allemagne et à la Grande-Bretagne. L'agence estime que ces pays courent le risque de perdre leur précieux AAA (la note maximale attribuée) s'ils n'assainissent pas leurs finances publiques.Mais parallèlement, les syndicats ne relâchent pas la pression. Bien au contraire, puisqu'ils ont programmé une journée d'action unitaire dès le 7 septembre (lire page 5), le jour même où débutera le débat sur la réforme des retraites à l'Assemblée nationale... Et le leader de la CGT, Bernard Thibault, a averti dès le printemps?: le combat contre le texte continuera jusqu'au vote de la réforme... et après, le précédent du CPE (contrat première embauche) en 2006, qui avait été retiré alors qu'il avait été voté, est lui aussi dans les esprits.Stéphanie Tisserond

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :