La guerre du dollar a commencé

 |   |  383  mots
Derrière les sourires de circonstance du G20, une bataille a commencé, une bataille qui marque le déclenchement d'une guerre dont les conséquences sont aujourd'hui impossibles à déterminer. Après un travail de longue préparation psychologique et un jeu d'alliances subtil, la Chine est décidée à écraser le dollar dans son rôle de monnaie de réserve. Je connais bien l'argument : « Mais la Chine ne va pas se saborder ! Elle est la principale créancière des États-Unis ! » Erreur. La Chine a passé ce cap. Elle sait qu'une partie des obligations d'État américaines ne lui seront jamais remboursées ou qu'elles seront remboursées en monnaie de singe. Elle en a déjà fait son deuil et est prête à s'asseoir sur une perte de 50 % du montant de ses encours, soit environ 400 milliards de dollars. Elle a trop investi aux États-Unis. C'était une erreur. Il lui faudra payer le prix. Un prix qui n'est pas si fort si l'enjeu est de détrôner le dollar. Dans son camp la Chine a rallié tous les pays qu'on aurait qualifiés dans les années 1970 de non-alignés et qui aujourd'hui, en mal d'alternative aux États-Unis, s'alignent sur la Chine : l'Iran bien sûr, le Venezuela, la Russie ou encore, plus surprenant, le Brésil. Tous veulent la mort du dollar. Car tuer le dollar c'est un peu tuer l'Amérique. Il n'y a plus que Barack Obama pour penser qu'une Amérique plus souriante qui tend la main est une Amérique qu'on respecte. Le dollar plie mais ne rompt pas. Faute de véritable alternative. Le dollar peut même rebondir si cette première offensive échoue. Mais le dollar finira par rompre. Et la Chine attend patiemment ce moment. Sans rester les mains croisées. Elle accumule de l'or. Tous les jours. Et s'est même proposée de racheter les réserves d'or que le FMI envisage de vendre. Ne croyez pas que la Chine et les États-Unis se tiennent par la barbichette et que, malgré une hostilité et une méfiance réciproques, ils finiront toujours par s'entendre. C'est faux. Depuis la crise financière, leurs destins suivent deux voies différentes. Deux voies qui les mèneront à un choc frontal.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :