L'économie repose sur la banque d'Angleterre

 |   |  164  mots
Pour réussir son plan d'austérité sans trop de dommages pour l'économie britannique, Downing Street a remis les clés de la croissance à une personne : Mervyn King, le gouverneur de la Banque d'Angleterre. Tandis que les coupes budgétaires entrent en vigueur, George Osborne, le chancelier, a besoin de garder les taux à leur niveau historiquement bas de 0,5 %. Autrement dit : rigueur budgétaire, mais relance monétaire. George Osborne l'a clairement indiqué en novembre face à un comité parlementaire : « La politique monétaire est le principal outil pour créer et réguler la demande. La crédibilité budgétaire offre au comité de politique monétaire (...) de la flexibilité. » C'est désormais encore plus vrai, après la contraction du PIB au quatrième trimestre. Le problème est que l'inflation atteint 3,7 %, presque deux fois plus que l'objectif de 2 % fixé par la Banque d'Angleterre. Mervyn King va donc devoir trouver une subtile formule pour trouver l'équilibre entre ces priorités. E. A.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :