Stéphane Richard imprime sa marque chez France Télécom

Un fauteuil pour deux pour quelques jours encore. C'est en tant que directeur général nommé que Stéphane Richard a présenté mercredi sa nouvelle équipe et les prochaines étapes de son arrivée aux commandes de France Télécome;lécom, Didier Lombard abandonnant officiellement sa fonction de PDG le 1er mars. L'équipe qui entrera en fonctions le 6 avril est à l'image de la nouvelle organisation qu'il souhaite mettre en place : rajeunie, renouvelée, simplifiée, moins verticale et moins centralisée. Parmi les nominations les plus spectaculaires, bien que déjà éventées : les arrivées de Christine Albanel, l'ex-ministre de la Culture, en charge de la communication, du mécénat et de la stratégie dans les contenus, de Pierre Louette, ex-PDG de l'AFP, au poste clé de secrétaire général et de responsable de la division opérateurs en France, et de Bruno Mettling, ex-DRH des Banques Populaires et ex-conseiller social de Dominique Strauss-Kahn, qui prendra la direction des ressources humaines après le départ dans l'année d'Olivier Barberot, pour gérer l'après-« crise des suicides ». Mais aussi la promotion de deux jeunes talents internes, Vivek Badrinath, un X-Télécom de 40 ans, le benjamin, à la tête de l'activité entreprises, et Delphine Ernotte, centralienne de 43 ans, bombardée adjointe du DG pour les opérations en France. reconquêteStéphane Richard a ménagé les susceptibilités en s'entourant de trois DG adjoints issus de l'interne, dont il a redéfini, sinon rétréci, les attributions, sauf pour le directeur financier, Gervais Pellissier. Jean-Yves Larrouturou abandonne le secrétariat général pour se concentrer sur tout l'international, Jean-Philippe Vanot cède l'innovation et le marketing au profit d'une « mission très importante, difficile, transversale », consistant à « renouer avec un niveau de qualité de service cohérent avec l'héritage de l'entreprise. » « Un vrai défi et un impératif », aux yeux de Stéphane Richard. Des questions se posent déjà sur la longévité de cette équipe. Plusieurs cadres en interne envisagent un nouveau remaniement d'ici un an, au départ de Didier Lombard. Surtout, d'autres mouvements pourraient suivre dans le cadre du plan d'actions pour un nouveau contrat social concocté avec les principaux managers, qui sera présenté le 25 mars. Exemples de mesures prévues : recréer la fonction de responsable de site pour les plus grands d'entre eux et introduire des critères sociaux dans le calcul de la part variable des rémunérations.Le grand « projet d'entreprise » de Stéphane Richard, qui devra être « fort, simple et fédérateur », ne sera dévoilé qu'en juin. Le nouveau patron de France Télécome;lécom a toutefois annoncé quelques axes de la reconquête en France. L'opérateur va lancer avant l'été Quad (Internet, TV, téléphonie fixe et mobile), en réplique au succès d'Ideo, de Bouygues Telecom, une offre d'entrée de gamme dans l'ADSL ainsi qu'une nouvelle offre de fibre optique. nDes critères sociaux devraient être introduits dans le calcul de la part variable des rémunérations des managers.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.