Vaste jeu de chaises musicales à la tête de Thales

 |   |  741  mots
Luc Vigneron avait promis un \"tsunami\" en termes de réorganisation. Le PDG de Thales est bien un homme de parole. Il a annoncé ce mercredi un vaste remaniement de son comité exécutif avec plusieurs départs, comme l\'avait révélé latribune.fr (latribune.fr des 5 et 13 juillet). \"Dans le cadre du départ en retraite prochain d\'Alex Dorrian, EVP Zone A et président de Thales UK, Luc Vigneron, président-directeur général de Thales, a procédé\" à toute une série de nominations au sein du comité exécutif du groupe, qui seront effectives au 1er septembre 2012.Dans ce vaste chamboulement du comité exécutif annoncé en plein cœur de l\'été, il y a deux grands perdants : le Britannique Alex Cresswell, en charge de la division défense terrestre, remplacé par le Français Serge Adrian, PDG de Thales Optronique, et Blaise Jaeger, le grand patron de l\'export en charge de la zone B (Allemagne, Italie, Espagne, Autriche, Suisse, l\'Europe du sud, Singapour, Inde, Arabie Saoudite, Asie du sud et du sud-est, Moyen-Orient, Amérique latine et Afrique). Les deux disparaissent du comité exécutif. L\'éviction de Blaise Jaeger, pourtant un temps pressenti pour prendre la tête de Thales Alenia Space, est une surprise tant il apparaissait comme l\'un des protégés de Luc Vigneron, après avoir longtemps été celui de Pascale Sourisse, en charge jusqu\'ici de la division Systèmes C4I de défense et sécurité. Mais le deuxième actionnaire de Thales Alenia Space (33 %), Finmeccanica, a semble-t-il fait barrage. Du coup, c\'est Jean-Loïc Galle, jusqu\'ici en charge de la division Opérations aériennes, qui est promu Senior Vice President, Espace. Lui-même sera remplacé par Guy Delevacque, patron de la zone Asie du groupe d\'électronique.Pascale Sourisse et Reynald Seznec, les vrais-faux gagnants de la réorganisationDans ce jeu de chaise musicale, il y a un revenant, Marc Darmon, qui était confiné à l\'audit après avoir été pourtant patron des activités navales de Thales. Il est promu Senior Vice President, Systèmes C4I de Défense et Sécurité, en remplacement de Pascale Sourisse, qui prend elle la suite d\'Alex Dorrian qui dirigeait la zone A (Australie, Canada, Corée du Sud, Norvège, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, USA, Europe du Nord et Europe centrale, Asie du Nord et Asie centrale, OTAN et Nations Unies). L\'ancien patron de Thales Alenia Space, Reynald Seznec, sera quant à lui en charge de la zone B. Et puis il y a le grand gagnant de cette réorganisation : Patrick Fournié qui devient Senior Vice President, Ressources Humaines et Opérations. Le directeur des ressources humaines et de la communication, Loïc Mahé est quant à lui sur le départ.Et puis il y a les vrais-faux gagnants de cette réorganisation : Pascale Sourisse et Reynald Seznec, qui ont tous les deux fait du bon boulot. Des nominations qui peuvent se comprendre en tenant compte de la volonté de Luc Vigneron d\'éloigner des réseaux français (ministères et clients) les deux derniers hauts dirigeants de Thales un peu trop indépendants à ses yeux. \"C\'est aussi une façon de les mettre devant un défi quasi impossible pour mieux les écarter ensuite définitivement\", suggère-t-on en interne.Bénéfices stables au premier semestrePar ailleurs, Thales a confirmé mercredi ses objectifs de croissance pour 2012, après un bénéfice net quasiment stable au premier semestre mais un bond de 16 % des prises de commandes. De janvier à juin, Thales a dégagé un bénéfice net de 175 millions d\'euros, contre 173 millions, et a enregistré un chiffre d\'affaires en hausse de 7 %, à 6,4 milliards d\'euros, a-t-il annoncé dans un communiqué. Sur le semestre, les nouvelles commandes ont atteint 6,1 milliards d\'euros. Et au 30 juin, le carnet de commandes consolidé atteint près de 30,7 milliards, équivalent à plus de deux ans de revenus. \"Cette progression des prises de commandes sur le semestre se retrouve tant dans le secteur défense et sécurité, malgré un environnement budgétaire toujours contraint en Europe et en Amérique du Nord, que dans le secteur aérospatial et transport, avec la conclusion de plusieurs contrats de signalisation ferroviaire et un niveau de commandes toujours soutenu en aéronautique civile\", a expliqué Thales .  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :