Budget de l'UE : ce qui a coincé au sommet de Bruxelles

 |   |  423  mots
Les dirigeants européens ont échoué à se mettre d\'accord sur un projet de budget pour 2013. Ils se sont séparés vendredi soir à Bruxelles sans même connaître précisément la date du prochain Conseil européen visant à trouver un compromis sur le montant alloué aux institutions de l\'Union européenne. Ce sommet serait organisé \"entre fin janvier et début février\", à indiqué un diplomate à  l\'AFP. • Le montant des coupes budgétairesHerman Van Rompuy, le président du Conseil européen, n\'est pas parvenu à concilier les intérêts divergeants. Son nouveau projet maintenait une proposition initinale de 973 milliards de dollars avec une répartition modifiée visant à prélever des fonds sur certains postes afin de les allouer à la Politique agricole commune (PAC) et aux fonds de cohésion destinés aux régions les plus pauvres. Ce qui n\'a pas suffit aux yeux du Premier ministre britannique, David Cameron, particulièrement combatif, et qui souhaite une réduction du budget européen et le maintien du rabais accordé à son pays. \"Ce n\'est pas le moment de faire du bricolage, il ne s\'agit pas de déplacer de l\'argent d\'un poste budgétaire à l\'autre. Nous avons besoin de tailler dans les dépenses\", a commenté le chef du gouvernement britannique qui souhaitait initialement une réduction du budget à 886 milliards d\'euros. >> David Cameron contredit par le patronat britannique sur l\'UEDe son côté Angela Merkel réclamait, elle aussi, davantage de coupes dans les dépenses. Elle souhaitait plus de 20 milliards de réductions dans le budget par rapport à la proposition d\'Herman Van Rompuy.• La PACLa France n\'a pas pu compter sur le soutien de l\'Allemagne à propos de la PAC sont elle défendait ardamment le budget. Stéphane Le Foll, le ministre de l\'agriculture, s\'est dit satisfait des avancées sur le budget de la PAC. Mais il souhaite encore progresser de 10 milliards d\'euros pour être pleinement satisfait. • Des discussions dans l\'impasse?\"Je vois de la démagogie dans les attaques contre le budget européen, et elles me semblent incohérentes\", a lancé Mario Monti, le président du Conseil italien, en guise de commentaire. Pour l\'heure les discussions semblent donc dans l\'impasse, même si le président du Conseil affirme avoir reçu pour mission de continuer \"le travail\" afin de chercher un consensus qu\'il estime possible \"en début d\'année prochaine\".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :