Les cellules de reclassement peuvent mieux faire

Comment améliorer le fonctionnement et les résultats des cellules de reclassement. C'est l'objet d'une étude de Marcelle Ramonet présentée ce mercredi au Conseil économique, social et environnemental (CESE). En substance, celle-ci fait « un bilan contrast頻 des dispositifs prévus en faveur des salariés licenciés économique. Des dispositifs critiqués « en particulier quant au nombre et à la qualité des reclassements opérés ainsi qu'à leur coût », souligne l'étude. Le CESE souligne ainsi la « faible » part des salariés adhérents aux cellules de reclassement, présentes dans 85 % des plans de sauvegarde de l'emploi en 2008. Il pointe également leur efficacité « peu satisfaisante sur le plan du retour à l'emploi, en particulier durable ». Une récente étude du ministère du travail montre ainsi que trois salariés sur dix ont retrouvé un CDI au terme d'une cellule de reclassement conventionnée en 2005 avec l'état, un quart un contrat court et moins de 5 % ont repris ou créé leur entreprise.harmonisationCe constat ne surprend guère Anick Sers, directrice d'Horemis Paris. « Cela fait des années que les antennes emplois sont critiquées. Si au fil des ans, le ménage parmi les acteurs du reclassement a été fait, la crise a attiré sur ce marché de nouveaux acteurs spécialisés dans le recrutement. Or ce n'est pas le même métier », déplore-t-elle, avant de prôner un certain nombre d'« améliorations dans la mise en oeuvre des dispositifs ». Le CESE propose plusieurs pistes d'évolution. Pour mettre fin à « l'empilement de nombreux dispositifs », il propose notamment le « rapprochement » des modalités d'accompagnement de la convention de reclassement personnalisée (CRP) et du contrat de transition professionnelle (CTP), voire de « réfléchir à la fusion des deux dispositifs ». Une idée que partage Anick Sers qui, sur le terrain, observe « des personnes qui ont été licenciées et sont perdues face aux différents dispositifs proposés, d'autant qu'elles peuvent être accompagnées dans le même temps par Pôle emploi et par un cabinet de reclassement qui n'ont pas toujours la même approche », souligne-t-elle. Enfin, le CESE insiste sur « une harmonisation des critères d'évaluation de ces cellules, sur le développement du contrôle de leur activité et sur l'accompagnement renforcé des personnes les plus éloignées du retour à l'emploi, en s'appuyant sur une plus grande coordination des acteurs du reclassement, dont en particulier Pôle emploi ».

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.