Le Modem veut défendre l'emploi en Île-de-France

Il présente ce mercredi son programme pour les régionales en Île-de-France. Et pour lancer sa campagne, Alain Dolium, tête de liste Modem, a choisi la Plaine-Saint-Denis. « Parce que le chômage est plus fort qu'ailleurs en Seine-Saint-Denis, et que c'est un département emblématique de la perte de lien social », explique Alain Dolium. Emploi, égalité des chances et cohésion sociale : tels sont les trois grands axes du programme du Modem pour ces régionales en Île-de-France. « Il s'agit de faire de la région un facilitateur de créations d'emplois », précise à « La Tribune » Alain Dolium. « L'Île-de-France a un fort potentiel, en concentrant près de 30 % de la richesse nationale. Or, elle a plus de 500.000 chômeurs. Notre ambition est de créer 160.000 emplois, sur les six ans de la mandature, en mettant la priorité sur les PME et TPE. » En accentuant l'aide au démarrage et en créant 25.000 « emplois projets » pour les chômeurs de longue durée, et en instituant une « assurance recrutement », qui permettrait à une entreprise ayant recruté un salarié en CDI de se faire rembourser les cotisations patronales afférentes, dans le cas où son résultat d'exploitation serait négatif pendant au moins les deux années suivantes.« capital jeunes »L'égalité des chances passe, pour le Modem, par la mise en place d'un programme « capital jeunes » pour les projets portés par des jeunes en zones défavorisées. Elle suppose aussi la construction de 20.000 logements étudiants. Enfin, pour assurer plus de cohésion sociale, le Modem veut construire 60.000 logements et améliorer la qualité de service et le confort du réseau existant dans les transports. La priorité sera aussi de désenclaver les banlieues, mais « pas la construction d'un grand huit qui ne relierait que les pôles de compétitivit頻. Le recours aux PPP, tel que prôné par la liste UMP ? Le Modem le juge « moyennement crédible », tandis que, de façon plus générale, Alain Dolium estime « pas raisonnable car très coûteux l'empilement de mesures » présentées par Valérie Pécresse. « Nous, on est dans l'épure du budget actuel de la région et de ses investissements », assure-t-il. Stéphanie Tisserond

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.