Les opérateurs télécoms mettent un point d'honneur à distribuer des dividendes

cite>France Télécome;lécom, Telefonica, Deutsche Telekom, Belgacom... Cette semaine aura été riche en présentations de résultats annuels dans le secteur des opérateurs de télécommunications européens. Des présentations qui ont toutes mis l'accent sur la distribution de dividendes. L'allemand Deutsche Telekom, qui versera un dividende de 0,78 euro par action au titre de 2009, s'est engagé à distribuer 0,70 euro par action au moins au cours... des trois prochaines années. De son côté, l'espagnol Telefonica a promis de porter son dividende de 1,40 euro en 2010 à 1,75 euro - au minimum - en 2012. France Télécome;lécom a également assuré que le groupe continuerait de se concentrer sur la génération de trésorerie afin de servir un bon rendement à ses actionnaires. L'adjectif « bon » est un euphémisme ; le rendement de l'action France Télécome;lécom s'élève à 8,2 %, sur la base du dividende de 1,40 euro qui sera versé au titre de l'exercice écoulé. Les actionnaires de Telefonica et de Deutsche Telekom n'ont rien à envier à ceux de l'opérateur français, les groupe espagnol et allemand offrant eux aussi des rendements légèrement supérieurs à 8 %. Opérateurs alternatifs compétitifsCette générosité des opérateurs de télécommunications peut surprendre, compte tenu de la faiblesse des comptes 2009. L'an dernier, le bénéfice net de France Télécome;lécom a chuté de 26,3 %, à 3 milliards d'euros, et le résultat net de Deutsche Telekom a été ramené de 1,48 milliard à 400 millions d'euros en l'espace d'un an. Il faut dire que le secteur n'est plus aussi défensif qu'il y a quelques années, en raison de la montée en puissance d'opérateurs alternatifs très compétitifs. À quoi s'ajoute l'évolution de la réglementation sur les prix, susceptible d'entailler de 1 milliard d'euros le chiffre d'affaires de France Télécome;lécom en 2010, du propre aveu de Gervais Pellissier, le directeur financier du groupe.Au lieu de se montrer si prodigues envers leurs actionnaires, les opérateurs de télécommunications ne feraient-ils pas mieux d'utiliser leur cash pour se développer dans les pays émergents, relais de croissance évidents ? Et pour financer des innovations indispensables, notamment dans les réseaux Internet à très haut débit ?Indice sectoriel en retardReste que, en 2009, les actionnaires des opérateurs de télécommunications n'ont pas été gâtés par l'évolution des cours de Bourse. Encore considéré - à tort - comme défensif par des investisseurs focalisés sur les valeurs cycliques, l'indice Bloomberg des opérateurs de télécoms européens a gagné 11 % seulement l'an dernier, alors que l'indice Dow Jones Euro Stoxx 50 a grimpé de 21 %. Résultat, l'indice Bloomberg des opérateurs de télécoms européens se paie à peine dix fois les bénéfices estimés pour 2010. On comprend que France Télécome;lécom et ses concurrents tentent de compenser ces faibles performances par des dividendes.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.