Scor devient le numéro deux de la réassurance-vie aux États-Unis

 |   |  474  mots
Le bruit courait depuis mars, c'est maintenant une certitude. Le réassureur français Scor va racheter Transamerica Re, la division américaine de l'activité mortalité de l'assureur néerlandais Aegon pour 630 millions d'euros. L'opération sera financée sur les ressources propres de Scor et par une éventuelle émission de dette de l'ordre de 200 millions d'euros et sans émettre de nouvelles actions, a précisé le groupe français. La clôture de la transaction est prévue au troisième trimestre 2011. Le temps pour Scor d'obtenir les autorisations des différents organes de contrôle. Grâce à cette acquisition, Scor va devenir le deuxième réassureur vie aux États-Unis. L'activité acquise porte sur les risques dits biométriques, c'est-à-dire les risques liés à la maladie, au décès, ou à l'invalidité. Le groupe, présidé par Denis Kessler, a indiqué que le portefeuille combiné de Scor et de Transamerica augmentera de 6 % par an sur les trois prochaines années. En outre « l'acquisition de Transamerica devra apporter une contribution d'environ 1,5 milliard d'euros de primes brutes en 2011 », a annoncé Scor. Selon des sources proches du dossier, le français a évincé des négociations, en mars, Reinsurance Group of America (RGA), Scor s'étant montré plus offrant.Nouvelle étape stratégiqueLa transaction s'effectue en partie sous la forme de transfert de risques entre Aegon et des entités de Scor Global Life US. Elle inclut aussi l'acquisition d'une filiale irlandaise d'Aegon - pour 340 millions d'euros - à laquelle Transamerica Re rétrocède des risques. L'opération ne comprend, en revanche, ni les affaires annuités variables et fixes (« variable annuities »), ni les produits structurés de Transamerica Re.Cette acquisition est une nouvelle étape dans la stratégie de diversification hors des frontières européennes de Scor. D'autant que 87 % du 1,5 milliard d'euros de primes brutes émises en 2010 par Transamerica Re le sont aux États-Unis. Cette opération corrobore aussi les engagements pris par le groupe dans son projet stratégique 2010-2013 baptisé « Strong Momentum » (dynamique forte). Scor ambitionne, dans ce cadre, de lancer une dizaine de chantiers de développement qui pourraient représenter jusqu'à 10 % des primes en 2013.Le groupe a aussi réaffirmé, mardi, sa volonté de s'implanter en Nouvelle-Zélande et en Australie. « Le rééquilibrage du portefeuille de réassurance-vie entre les États-Unis, l'Asie et l'Europe apportera une stabilité complémentaire au groupe, tout en développant sa présence globale », a commenté Denis Kessler.De son côté, Aegon va profiter de cette vente pour rembourser en partie l'État, auquel il doit encore 1,125 milliard d'euros sur les 3 milliards d'euros qui lui avaient été avancés en octobre 2008. Le néerlandais avait notamment souffert d'une exposition aux subprimes supérieure à ses confrères, justement par le biais de sa filiale américaine Transamerica, holding de Transamerica Re.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :