PZU veut lever 2,6 milliards d'euros

 |   |  408  mots
Non content d'être le seul pays à afficher une croissance positive en Europe en 2009, la Pologne pourrait également se doter d'un autre record, celui de la plus grande introduction en Bourse de l'année. Avec la mise sur le marché de PZU, la principale compagnie d'assurances nationale, l'état espère en effet lever le 14 mai jusqu'à 2,6 milliards d'euros auprès des investisseurs. Un record qui placerait la compagnie polonaise devant le russe Rusal (1,6 milliard d'euros). Et qui ne trouve aucun équivalent d'un montant supérieur sur le Vieux Continent depuis décembre 2007, lorsque le groupe espagnol Iberdrola Renovables, un spécialiste d'énergie éolienne, avait levé 4,7 milliards d'euros ! Et du côté des grands dossiers à venir cette année, aucun n'atteint pour l'heure une telle ampleur. L'introduction prochaine du spécialiste des réservations aériennes Amadeus ne devrait offrir aux investisseurs que 1,36 milliard d'euros.En Pologne également, PZU se présente comme un record. Même si cette vente se réalise dans le cadre d'un vaste programme de privatisations entamé l'an dernier par le gouvernement en vue de réduire sa dette publique. C'est dans ce contexte qu'ont d'ores et déjà été placés les titres du groupe PGE, le plus grand holding dans l'électricité et que le seront bientôt ceux de Tauron Polska Energia (deuxième groupe de services aux collectivités) et enfin de la Bourse de Varsovie dont la mise sur le marché est évoquée depuis plusieurs années déjà. une société « attrayante »PZU est pour l'heure valorisée entre 6,16 et 8,61 milliards d'euros par les analystes des banques qui organisent l'opération, ce qui donne une valeur indicative de 2,4 milliards d'euros pour les 30 % du capital en Bourse. « En haut de fourchette, le prix de l'entreprise ressort un peu au-dessus de 11 fois ses résultats attendus pour 2010, relève un expert polonais, « la société reste réellement attrayante pour des investisseurs locaux habitués à des ratios de 17 fois les bénéfices pour les grandes banques locales. Elle l'est en revanche moins si on la compare aux groupes d'Europe de l'Ouest moins chers ». Le fait que la Pologne connaisse une croissance économique robuste, et que les fonds de pension locaux - qui gèrent 49,5 milliards d'euros d'actifs - soient obligés de miser pour leurs investissement en actions à 90 % sur leur marché local justifient la prime du marché polonais par rapport à ses pairs (15,9 fois les résultats 2010).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :