La voiture électrique démarre bientôt

 |   |  472  mots
La première année de production est d'ores et déjà vendue. La Nissan Leaf, première voiture électrique de l'alliance Renault-Nissan, doit être lancée en décembre prochain au Japon comme aux États-Unis, et d'ici à mars 2011 en Europe. « Nous avons 13.000 ordres aux États-Unis et 6.000 au Japon », a affirmé en début de semaine Carlos Ghosn, PDG de Nissan et Renault, précisant que les commandes américaines provenaient de clients particuliers. Et ce, grâce aux incitations fiscales. L'État de Californie prévoit une aide de 5.000 dollars (3.800 euros) pour un client achetant une Leaf, qui s'ajoutera à un montant maximum de 7.500 dollars (6.000 euros) promis par le gouvernement fédéral.Nissan va assembler sa berline compacte Leaf aux États-Unis, dans le Tennessee, ainsi que sur son site japonais de Yokosuka. La firme a, par ailleurs, commencé la construction d'un atelier de batteries sur le même site américain. Renault et son partenaire nippon affirment avoir déjà investi au total 4 milliards d'euros dans le véhicule électrique.plusieurs écueilsRenault et Nissan ne sont pas les seuls à croire à la voiture électrique. Le spécialiste indien des véhicules utilitaires Mahindra a annoncé mercredi la prise de contrôle de Reva Electric Car, afin de devenir un acteur important des modèles « zéro émission ». Reva est une coentreprise créée avec le groupe californien AEV LLC. Ce fut l'un des premiers constructeurs à commercialiser des véhicules électriques en 2001. Honda a indiqué mardi qu'il souhaitait développer des batteries pour voitures électriques en Chine. Toyota a annoncé la semaine dernière une prise de participation de 50 millions de dollars (40 millions d'euros) dans le constructeur californien de voitures de sport électriques Tesla Motors. Et Mitsubishi Motors vient de débuter l'exportation de son i-Miev électrique. C'est ce modèle qui doit être commercialisé à la rentrée prochaine par Peugeot et Citroën en Europe sous une forme légèrement différente.Les analystes de HSBC estiment que les véhicules électriques représenteront 4,5% des ventes totales de véhicules légers dans le monde d'ici à 2020. Renault et Nissan parient, eux, sur 10%.Mais la diffusion des voitures électriques risque de se heurter longtemps à plusieurs écueils comme l'autonomie. Une Mitsubishi i-Miev ne dépasse pas les 80 kilomètres dans des conditions d'utilisation normales (avec air conditionné, par exemple). La recharge sur simple prise de courant requiert encore, sur une Leaf, la bagatelle de... huit heures. Enfin, les batteries restent chères. La voiture électrique pose aussi un problème politique. Pour un développement harmonieux en Europe, il est indispensable que les gouvernements définissent des normes communes. Les ministres de l'Industrie, réunis mardi à Bruxelles, se sont donné jusqu'à la mi-2011 pour trouver « une solution harmonisée d'interopérabilité entre les véhicules électriques et les infrastructures de recharge » à travers l'Union.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :