Des diamants pour le peuple russe

Le patron d'Alrosa Fiodor Andreïev a annoncé mardi vouloir procéder à une «IPO pour le peuple» (vendre des parts à des investisseurs individuels) sur le marché russe. Alrosa, qui est contrôlé à 50% par le gouvernement russe et à 40% par le gouvernement et des collectivités locales de la république de Sakha (Sibérie Orientale), a lancé des pourparlers entre ses deux actionnaires sur la question d'une transformation du monopole en société côtée en Bourse. La Yakoutie (autre nom de Sakha), où se trouvent les principales mines de diamants, est en effet loin d'être toujours sur la même longueur d'onde que le pouvoir central. 10% d'Alrosa appartiennent à déjà à des investisseurs privés.«Dans l'idéal, nous souhaitons qu'Alrosa devienne une société du peuple » affirme Fiodor Andreïev. « Une émission d'actions permettrait aux employés ainsi qu'aux [habitants de Yakoutie] d'acquérir des actions ». Prudent, il précise que « la première étape sera d'ouvrir la structure sans évoquer l'offre sur les marchés. Attirer d'autres actionnaires et lever des fonds supplémentaires sera l'étape suivante ». Les analystes ont accueilli la nouvelle avec scepticisme, étant donné que les dernières introductiosn en Bourse de sociétés d'Etat russes ont été calamiteuses pour les investisseurs (VTB et Rosneft en particulier). Le patron d'Alrosa a reconnu mardi que sa compagnie traversait un moment difficile depuis le début de la crise. Au premier semestre 2009, les ventes de diamants se sont presque complètement arrêtées. Néanmoins, Alrosa a bénéficié de l'aide de l'Etat pour conserver son rythme de production habituel et ses salariés, ce qui a naturellement conduit à une explosion de sa dette. L'exercice 2009 s'est achevé avec une dette de 2,85 milliards d'euros. Alrosa a vendu en 2009 pour 2,21 milliards de dollars de diamants (taillés et bruts confondus), soit une baisse de 5,3% par rapport à 2008. Son bénéfice net 2009 a progressé de 33% à 78,3 millions de dollars. Pour la 1e fois, Alrosa a dévoilé sa production en volume, affichant 34 millions de carats bruts contre 24,6 millions pour De Beers.Emmanuel Grynszpan, à Moscou

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.