Agroalimentaire : Ecobiotic veut révolutionner la conservation du vin

2 mn

Cette très jeune société créée en 2012 à Castelnaudary (Aude) par deux seniors intrépides entrepreneurs, Marc Bonneau et Michel Degré, va révolutionner la conservation des produits agroalimentaires. Le système qu\'ils ont mis au point et breveté assure une protection par la diffusion lente et régulière d\'un principe actif grâce à une capsule dotée d\'une très fine membrane. Le produit fini, actuellement en test chez plusieurs négociants viticoles, sera commercialisé fin 2013.Marc Bonneau, l\'inventeur de la capsule active, et Michel Degré, le président d\'Ecobiotic, filiale de la société lyonnaise Bio-Cork, escomptent un chiffre d\'affaires de 3 millions d\'euros d\'ici trois ans avec la création d\'une dizaine d\'emplois dans un atelier en cours d\'installation à Castelnaudary, au cœur même du plus grand vignoble du monde. Les capsules seront manufacturées sur place.Micro diffusion de sulfiteLe procédé a donc été développé par Marc Bonneau, ancien chercheur en micro-biologie de l\'Institut Mérieux de Lyon, puis professeur à l\'Ecole vétérinaire, en collaboration avec des chercheurs suisses du laboratoire de Changins dans le cadre d\'un programme international Inter-Bio-Cork soutenu par la région Rhône-Alpes, la Suisse et l\'UE, afin de développer des innovations technologiques dans la filière Vin. Les premiers développements de cette technologie d\'avant-garde sont adaptés aux contenants vinicoles : bouteilles, BIB (bag in box) ou barriques. La capsule est disposée dans le robinet ou le bouchon. « Notre premier marché est naturellement celui du vin et notre implantation dans l\'Aude est hautement stratégique. Nous sommes au plus près de nos futurs clients. Notre système va permettre une micro diffusion de sulfite traditionnellement utilisé pour la conservation du vin mais en en contrôlant la teneur. Grâce à notre système de membrane, nous sommes capables de garantir la diffusion à des doses infimes. Pour un BIB, ce sera finalement deux fois moins de sulfite pour une bien meilleure conservation dans le temps » explique Michel Degré.Des développements sont envisageables dans le domaine de la libération gazeuse, pour assurer la conservation des jus de fruits ou du lait » assure Marc Bonneau, le scientifique du tandem Ecobiotic.  

2 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.