Alpha Mos signe de gros contrats aux États-Unis et en Chine

Nul n'est prophète en son pays : Alpha Mos, leader mondial des nez électroniques, réalise ainsi moins de 10 % de son chiffre d'affaires en France ; 40 % de son activité est effectuée en Asie et 30 % aux Etats-Unis. Une tendance confirmée par la signature d'un important marché avec l'agence environnementale chinoise qui vient de commander 60 nez électroniques. Objectif : cartographier et surveiller un site industriel dans la province de Zhejiang, au sud de Shanghai, afin d'en surveiller les odeurs et les toxiques volatils. Un marché de 1 million d'euros qui a valeur de test. « À terme, l'agence chinoise veut équiper plusieurs autres sites », explique Jean-Christophe Mifsud, président et fondateur d'Alpha Mos, à Toulouse.Les mesures des odeurs prennent une part de plus en plus importante dans de nombreux secteurs de l'industrie et de la santé, notamment dans le contrôle de la réglementation. Sur la marée noire du golfe du Mexique par exemple, la FDA américaine a ainsi commandé plusieurs nez électroniques à la PME afin de contrôler les produits de la mer (poissons, huîtres, crustacés, etc.) et de mesurer leur contamination éventuelle par les hydrocarbures. Dans l'Hexagone, plusieurs grands noms de l'agroalimentaire travaillent avec Alpha Mos, mais le marché reste à conquérir. « En France, nous avons le poids de la tradition et une culture très marquée. En matière d'agroalimentaire, le Français ne peut accepter un résultat s'il n'en comprend pas le process », analyse Jean-Christophe Mifsud.Analyse de « palatabilit頻Après les nez et les langues électroniques, la société a lancé cette année l'oeil électronique qui analyse la palatabilité visuelle, c'est-à-dire la bonne apparence d'un plat pour un consommateur. Le chef Joël Robuchon qui travaille avec la marque Fleury-Michon a de suite compris l'intérêt du concept : « Avec ce système, il a l'assurance à grande échelle que ses recettes de départ seront respectées suivant un cahier des charges rigoureux. » Les derniers contrats en Asie et aux États-Unis, où Alpha Mos dispose d'une filiale depuis 1996, ont relancé l'entreprise sur une croissance à deux chiffres, confirmée par un chiffre d'affaires au troisième trimestre de 1,974 million d'euros (+ 24,5 %). La société affiche un prévisionnel de 9 millions d'euros, contre 6,44 millions l'an dernier. Prochain cap : atteindre les 25 à 30 millions d'euros pour engager de nouveaux programmes et cibler un jour le grand public.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.