Mutuelle santé : la Macif s'attaque au renoncement aux soins

 |   |  1277  mots
La santé est un axe prioritaire de développement de la Macif. Elle est en bonne place dans le plan stratégique du groupe mutualiste présenté en décembre dernier par le nouveau directeur général Jean-Marc Raby. La Macif croit en ses chances de succès car elle a conçu un nouveau contrat baptisé \"Garantie Santé\" qui vise à répondre le plus exactement possible aux besoins des adhérents. Ni plus, ni moins. Cette conception de contrat d\'assurance complémentaire santé modulable est d\'ailleurs une grande tendance du marché adoptée par exemple Allianz France avec son produit Composio lancé en 2012, mais aussi Malakoff Médéric avec \"ma complémentaire santé individuelle\" et ses 33 combinaisons de garanties ou encore Swiss Life avec son contrat \"ma formule\" qui propose une couverture à la carte. Une mutuelle à géométrie variableLa nouvelle couverture complémentaire santé de Macif Mutualité n\'est en effet pas globalisée ou packagée. Elle laisse la liberté à l\'adhérent de choisir ses garanties et ses options, afin que chacun puisse s\'assurer en fonction de son état de santé et de ses moyens. De cette manière, la mutuelle espère faciliter \"l\'accès aux soins pour tous\", explique Jacques Chemarin, le président de Macif-Mutualité, la mutuelle santé intégrée au groupe Macif. Onze formules sont donc proposées de la plus économique à la plus complète avec, à chaque fois, la possiblité de choisir le niveau d\'équipement souhaité en optique, en dentaire (prothèse, implants, othodontie), en aide auditive et forfait de remboursement de cure thermale. Le tout à des prix calculés au plus juste et avec un bonus de fidélité les trois premières années.Un bonus de fidélité croissant les trois premières annéesPour lutter contre le nomadisme en matière de mutuelle santé et fidéliser les nouveaux adhérents à son contrat Garantie Santé, Macif-Mutualité a décidé de donner un bonus croissant en augmentabt les niveaux de remboursements les trois premières années. Concrètement, le forfait verres en optique et plusieurs forfaits dentaires (couronne, pilier de bridge, appreil dentaire notamment) seront majorés de 10% par an pendant trois ans (soit +30% en année 3). Et les années suivantes ces niveaux de remboursements seront conservés.Des tarifs serrésIl en coûtera 18 euros par mois à un célibataire de 22 ans vivant à Nantes pour la formule 1 (de base) sans forfait pour lunettes ni forfait pour prothèse dentaire. Un couple de 42 ans vivant en région parisienne avec deux enfants de 8 et 10 ans acquittera une cotisation de 160 euros par mois pour une formule du milieu de la gamme. Et un couple de seniors vivant à Libourne paiera, quant à lui, le même montant mensuel (160 euros) pour une formule équilibrée. \"Pour l\'année 2013, Macif-Mutualité a décidé d\'appliquer une évolution tarifaire parmi les plus basses du marché\", précise le président Jacques Chemarin, soit une hausse moyenne de 1,9% des tarifs en santé individuelle pour ceux déjà assurés chez Macif-Mutualité, alors que l\'augmentation des dépenses d\'assurance maladie devrait progresser de 2,7% selon les prévisions.Mutualisation ou segmentation ? Pour obtenir ces tarifs, Macif-Mutualisée pratique une mutualisation par formule afin que les petits consommateurs de soins ne paient pas pour les gros consommateurs. \"Le niveau de couverture influe sur le montant de remboursement et sur la fréquence des remboursements\", observe la directrice générale de Macif-Mutualité, Catherine Touvrey qui n\'aime pas qu\'on désigne cette technique comme de la segmentation de portefeuille. Les garanties élevées comme la couverture des dépassements d\'honoraires \"sont difficiles à équilibrer\", reconnaît-elle et elles entraînent donc plus souvent des augmentations tarifaires. \"Avant, on disait que les biens portants devaient payer pour les malades\", souligne Emmanuelle Fanitno, vice présidente de Macif-Mutualité. Mais elle constate que la conception de la mutualisation a changé: \"aujourd\'hui, les biens portants sont plutôt les jeunes or, ils ont souvent des problèmes de budget\". C\'est pour eux qu\'a été conçue la formule économique qui comprend les garanties essentielles. Pour conserver ses prix bas, les contrats de cette catégorie seront mutualisés entre eux, alors qu\'en parallèle les garanties \"excellence\" seront mutualisées entre elles.Le renoncement aux soins progresse à grands pasCette nouvelle politique est, selon Macif-Mutualité, le meilleur moyen de lutter contre le renoncement aux soins qui ne cesse de progresser. Comme le révèle le sondage Macif-Opinion Way, les Français font de plus en plus des arbitrages défavorables à leur santé. Près de 40% des Français déclarent préférer renoncer aux soins plutôt qu\'aux activités extra-scolaires des enfants et 35% se disent prêt à réduire leur budget santé plutôt que leur budget alimentaire. Face à des dépenses de santé imprévues, 1 Français sur 10 préfère renoncer à se soigner plutôt qu\'à faire du shopping; 15% préfèrent renoncer aux soins plutôt que de diminuer leur budget de loisirs (restaurants, cinéma, sport); et 18% optent pour le renoncement de dépenses de santé pour partir en vacances.Les Français prêts à faire des efforts et ... du sportToutefois, 9  Français sur 10 se disent prêts à consentir des efforts en matière d\'hygiène de vie pour éviter de trop recourir aux soins comme de manger équilibré, faire du sport, arrêter de fumer. Pour autant, ils sont très vigilants au prix en cette période de crise et un tiers des personnes interrogées serait prêt à acheter moins cher sur internet des médicaments ou des lentilles de contact par exemple. Et un quart pourrait recourir au tourisme médical.Le potentiel de croissance de Macif mutualitéPour l\'instant, \"10% des sociétaires ont un contrat santé\", indique Catherine Touvrey soit 433.109 adhérents en santé indidivuelle fin 2011. En prévoyance individuelle (hors garantie accidents) le nombre de contrat atteint 713.000. Le groupe mutualiste estime son potentiel d\'adhérents en santé à 1,4 million de personnes sur ses 4,8 millions de sociétaires au total, une fois retirés ceux qui sont déjà déjà couverts par des complémentaires santé collectives d\'entreprises. L\'objectif du plan stratégique 2015 est d\'atteindre 1 milliard d\'euros de cotisations (sur les 7 milliards de chiffre d\'affaires que devra réaliser le groupe à cette date) ce qui représente une croissance de 85% entre 2011 et 2015.La généralisation des contrats d\'assurance santé collectifs n\'inquiète pas la MacifMême si la directrice générale de Macif-Mutualité estime que le marché de l\'assurance santé est face à une situation de \"rupture\" du fait de la généralisation de la complémentaire santé à tous les salariés à l\'horizon du 1er janvier 2016,  tel que l\'a prévu l\'accord sur la sécurisation des emplois signé le 11 janvier par les partenaires sociaux, elle ne se dit pas inquiète. Cette généralisation devrait pourtant aboutir au basculement de salariés actuellement couverts par une assurance santé individuelle (en particulier les salariés de TPE et PME) vers une assurance santé collective d\'entreprise.D\'une certaine façon, Macif-Mutualité a anticipé le mouvement en concluant un partenariat avec le groupe de prévoyance AG2R La Mondiale afin de développer en commun un portefeuille de santé collective. \"Nous avons réalisé 110 millions de chiffre d\'affaires en santé et prévoyance collectives\", sur un chiffre d\'affaires total de 545 millions d\'euros en 1991, observe Catherine Touvrey.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :