Le Portugal prépare un budget d'austérité

 |   |  369  mots
Le Premier ministre portugais, le socialiste José Socrates, affiche un « optimisme raisonn頻 face à la situation économique de son pays. Après avoir atteint 9,3 % du PIB en 2009, le déficit devrait être ramené à 8,3 % du PIB en 2010. Reporté en ce début d'année en raison des législatives de septembre 2009, le budget table sur une croissance de 0, 7 %. Le Premier ministre a rappelé que les aides seraient maintenues jusqu'en 2011 ? un programme d'Initiative pour l'emploi de 415 millions d'euros vient d'être approuvé ? avant d'être retirées progressivement dès l'assainissement des comptes publics, une priorité pour Socrates. Sur ce plan, le budget prévisionnel est loin d'avoir convaincu les analystes financiers. La dette publique devrait atteindre 84,6 % du PIB selon l'OCDE en 2010 (80 % selon le FMI) et, sans des mesures sévères de restriction des dépenses, il existe un vrai risque de dérapage à 91 % en 2011. Depuis décembre 2009, les agences de notation enchaînent les avis négatifs et les menaces de déclassement concernant le Portugal. En réponse, José Socrates a vigoureusement critiqué les tentatives d'accoler le nom du Portugal à celui de la Grèce pour un « scénario catastrophe ». Il n'y a aucune raison de douter de la véracité des comptes portugais, a déclaré en substance le Premier ministre. perspective négativeLisbonne mise donc sur des mesures d'austérité pour rassurer les marchés : le gel des salaires dans la fonction publique et le programme de privatisations qui devrait rapporter 900 millions d'euros dans les caisses de l'État. Les énergies renouvelables, l'investissement dans les équipements sociaux ou encore l'éducation vont bénéficier des meilleures enveloppes budgétaires. Le Premier ministre a également confirmé l'investissement public dans des projets structurants (TGV, aéroport de Lisbonne). Le budget permettra-t-il de rétablir la confiance aussi bien interne qu'externe ? La bataille se joue aussi sur le terrain de la communication : alors que l'agence de notation Fitch Ratings a maintenu sa perspective négative sur la note de crédit du Portugal et envisage « un abaissement plus probable qu'improbable », le ministre des Finances, Fernando Teixeira Dos Santos, a aussitôt invité les agences à scruter sérieusement le budget avant de donner un avis sur le Portugal. nMarie-line Darcy

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :