Fillon, huitième

 |   |  334  mots
Rarement un remaniement gouvernemental aura été aussi raté. Non pas celui annoncé en précipitation dimanche soir, mais le précédent, qui ne remonte, il est vrai, qu'au 14 novembre. Raté dans sa préparation : rompant avec toutes les habitudes, Nicolas Sarkozy avait claironné dès le début de l'été dernier ses intentions, paralysant du même coup l'action de son gouvernement et ouvrant la boîte à rumeurs. Raté aussi dans sa réalisation : écarté au dernier moment, le centriste Jean-Louis Borloo, qui se voyait déjà à Matignon, en avait pris ombrage. Et raté dans son casting, puisque, 105 jours plus tard, l'Élysée a dû revoir sa copie. Dont acte : voici donc le nouveau gouvernement Fillon. Il s'agit du huitième depuis 2007, l'unité de temps dans la geste sarkozienne ne cessant de se réduire. En comparaison, il y a une personnalité qui fait presque figure d'ovni dans cette accélération du tempo politique : c'est François Fillon, qui a presque passé quatre ans rue de Varenne. Dépassant Jean-Pierre Raffarin, Michel Rocard ou Michel Debré. Mais encore loin derrière Georges Pompidou, détenteur du record de longévité à Matignon (six ans et deux mois). Après l'embardée de MAM - qui paie de la façon la plus humiliante qui soit ses erreurs tunisiennes -, le Premier ministre n'a pas d'autre choix que de tenter de sortir l'exécutif de l'ornière. Alain Juppé pourrait l'y aider : si Michèle Alliot-Marie n'a pas sans doute tort d'évoquer une « cabale » dans sa lettre de démission, tant elle n'était guère en cour au « Château », elle se trompe lourdement en refusant de voir dans le résultat de ses imprudences un affaiblissement de la politique internationale de la France. Justement, le départ de Claude Guéant de l'Élysée et le retour d'Alain Juppé au Quai d'Orsay devraient contribuer à mettre un terme à la confusion des genres. Permettant à la diplomatie de reprendre ses droits.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :