Le minikrach du 6 mai à Wall Street doit aussi servir d'alerte à l'Europe

 |   |  546  mots
Qui dit marchés boursiers fragmentés dit disparité des systèmes de sécurité en cas de forte volatilité. Le minikrach qui a surpris Wall Street le 6 mai a réveillé les autorités américaines. Un système de coupe-circuits s'appliquant à l'ensemble des bourses américaines vient d'être proposé. Mais qu'en est-il de l'Europe ? « Les intervenants sur ses marchés, via le trading à haute fréquence ou les mécanismes de routage automatique des ordres, ont les mêmes capacités de traitement des ordres. Et la fragmentation des marchés, bien que moins prononcée qu'aux Etats-Unis, progresse de manière significative. La séance du 6 mai constitue un signal d'alerte », souligne Fabrice Peresse, responsable des opérations de marché chez Nyse-Euronext. « Du fait des disparités de procédures et mécanismes de sécurité, nous sommes en présence d'un risque systémique qui peut théoriquement se produire en Europe ».Sur le vieux continent, il n'existe aucun frein s'agissant des indices. En revanche, Nyse-Euronext, le London Stock Exchange comme Deutsche Börse appliquent des mécanismes de précaution ou de réservation sur les valeurs qui permettent de calmer le jeu quelques minutes en cas de la volatilité excessive. Il s'agit de seuils statiques de fluctuation des cours par rapport au cours de clôture ou d'ouverture (+ ou - 10% à Paris) et/ou des seuils dynamiques entre deux cours cotés (+ ou - 2 % à Paris). « En 1999, nous avons procédé avec les autres bourses européennes à une harmonisation de nos règles », explique Roland Bellegarde, vice président exécutif de Nyse-Euronext en charge des actvitiés cash en Europe. Durées et pourcentages peuvent encore diverger, mais à la marge. Mais les plates-formes alternatives et moteurs d'appariement des ordres lancés par les banques n'étaient pas là en 1999. Chi-X ne suit pas les décisions des autres Bourses mais déclenche un coupe-circuit à 20 % de variation. Bats Europe a un ménanisme de protection à l'entrée lié au marché principal. En cas de réservation d'une valeur sur ce marché, Bats rejette les ordres trop éloignés du dernier cours qui y a été coté. Mais Mark Hemsley, son directeur général, reconnaît le besoin « d'une approche coordonnée ».Nyse-Euronext a déjà évoqué des mesures d'harmonisation auprès du collège de ses régulateurs qui « pourront ensuite être défendues au sein du comité européen des régulateurs (CESR)», indique Roland Bellegarde. « Etant donné l'absence d'une source donnant un prix de référence consolidé et les récents problèmes opérationnels de certains des marchés principaux, nous sommes prudents sur toute approche qui laisserait à ces marchés principaux le soin de ces pauses pour l'ensemble des marchés », fait valoir Mark Hemsley. «Et à plus forte raison si ce marché ne tient compte que de ses seules données alors qu'il représente moins de 50% des volumes en séance».Pour Thierry Francq, le secrétaire général de l'Autorité des Marchés Financers, la nécessité d'harmoniser est réelle. Le sujet lui semble revenir à la future autorité européenne de supervision. Christèle FradinNyse-Euronext a déjà évoqué des mesures d'harmonisation auprès du collège de ses régulateurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :